Comment nous situons-nous par rapport à l’argent ? En gagner beaucoup ? Ou bien travailler peu pour avoir le temps de rencontrer les amis ?

Publié le par Michel Durand

 Votre avis nous intéresse. Merci de laisser un commentaire, même long.

 

C’est la crise. Comment vivons-nous le souci partagé par beaucoup de personnes de vouloir gagner toujours plus d’argent ?

Je posais cette question il y a quelques jours à propos d’une revue de la famille du Prado à laquelle je collabore.

 

Lyon.jpg

 Lyon en 2011. Cette photo a la légende ; où faut-il vivre pour gagner plus et vivre mieux ? - La Page de l'emploie. Bref, on n'est pas dans la même cour.


Dans cette ligne ce poème :

Le bonheur n’a pas de prix

Le bonheur n’a pas de prix.

Bien des gens font leur propre malheur

en s’imaginant qu’on peut acheter le bonheur.

Lorsque les êtres humains cherchent le bonheur,

ils cherchent le plus souvent l’argent.

Ils pensent qu’argent est synonyme de bonheur.

Plus tard, généralement top tard,

Ils font l’expérience du contraire.

 

Le bonheur, on ne peut pas

le déposer dans un compte.

Le bonheur, on ne peut le fabriquer

dans une chaîne de montage.

Le bonheur, on ne peut le produire en laboratoire.

Le bonheur, on ne le fait pas

d’un coup de baguette.

 

Avec l’argent

tu peux t’acheter

une belle maison,

mais pas la chaleur de la fraternité.

Avec l’            argent,

tu peux t’acheter

un lit douillet,

mais pas le sommeil.

Avec l’argent,

tu peux t’acheter

des relations,

mais pas l’amitié.
Avec l’argent

tu peux ouvrir

toutes les portes,

sauf celles du cœur.

 

Texte extrait du livre : Soleils de Bonheur, de Phil Bosmans, photographies Frantisek Zvardon, éditions du Signe, traduit de l'allemand par Pascale Dumas, octobre 2011.

Trouvé dans « Agir en rural, N° 73, avril 2008.

http://cmr.cef.fr/?-Agir-en-Rural,8-

Publié dans Témoignage

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article