Communiqué de presse ‘Des prêtres témoignent’

Publié le par Michel Durand

J’ai attendu que la lettre ouverte publiée ci-dessous paraisse dans le Progrès de Lyon. Mais force est de constater que le Progrès n’a rien publié. Y a-t-il eu une pression des services de presse de l’Église catholique de Lyon ?

Censure ?

On peut penser à toutes sortes d’éventualité.

 

L’acte caritatif est indispensable quand nous nous trouvons devant une situation sans issue. L’aumône n’est alors que justice. Comme le disent d’illustres spirituels : « par elle, tu ne fais que rendre ce qui ne t’appartient pas ». Seulement ce geste généreux s’accomplit dans le secret.

Par ailleurs, il ne dispense pas, mais exige l’acte politique.

On se croirait au début du XIXe siècle quand on entend des propos refusant un regard critique sur le libéralisme économique et prônant l’aide pour réparer les méfaits sur les personnes d’un travail mal rémunéré.

Pour expliquer « aux nuls » les lois de l’économie de marché, on ne peut se contenter d’entendre les experts de cette économie libérale, il convient également de donner la parole aux anti-libéraux.

Alors que je méditais sur toutes ces questions, j’apprends l’initiative d’un groupe de prêtres réagissant à la proposition de Bertrand Chatain, proposition reprise par le conseil du presbyterium de Lyon.

Je vous en communique, ci-dessous la lecture.

 

L’article publié à la une du Progrès du jeudi 22 octobre 2009 « Les curés du Rhône sacrifient un mois de paye » nous amène à exprimer notre réserve sur cette manière de médiatiser un geste de générosité. Nous tenons à rappeler qu’il existe aussi une autre manière de répondre aux méfaits de la crise.

 

Tout en saluant l’élan de ce geste de générosité manifesté au Conseil des prêtres du diocèse de Lyon, nous aurions préféré plus de discrétion. Rendre public ce geste, n’est-ce pas se montrer un peu trop en exemple de charité ? Ce geste aussi généreux soit-il et admiré,  peut gêner, voir culpabiliser certains de ne pas en faire autant. Et qui peut se permettre de faire un tel don y compris chez les prêtres ?

 

‘Quand tu donnes de l’argent aux pauvres fais-le dans le secret, Dieu qui voit ce que tu fais en secret te récompensera (Évangile de Carême Matthieu 6,2-4 ;)

 

Un geste de cette envergure pousse toujours les chrétiens  à pratiquer l’aumône. Mais qu’en est-il de l’engagement social, syndical et politique face à la crise ? Nous savons bien que si, devant des carences et besoins urgents, un secours financier ou matériel est nécessaire, il demeure insuffisant pour agir sur les causes économiques, politiques et sociales. Il est indispensable de promouvoir le droit et la justice sociale jusque dans leur dimension internationale

 .

 §6:  Nous sommes bien conscients que ce geste ne suffit pas, et qu'il nous faut aussi agir en lien avec toutes les instances politiques, syndicales et sociales qui ont vocation à établir la dignité de tous les hommes et femmes, par un partage équitable du travail et des salaires".Conseil du Presbyterium

 

‘L’Église a un rôle public qui ne se borne pas à ses activités d’assistance ou d’éducation, mais elle déploie toutes ses énergies au service de la promotion de l’homme et de la fraternité universelle ( l’Amour dans la vérité…encyclique nº 11)

 

Prêtres, nous reconnaissons comme essentiel l’engagement de tous ceux et celles qui sont engagés dans des associations sociales ou syndicales, des partis politiques pour travailler à un monde plus juste, où les plus faibles ne soient pas oubliés. Nous-mêmes nous prenons aussi notre part dans ces engagements y compris dans des associations caritatives. Prendre plus en compte les questions d’ordre social telles que les retraites…le logement …la morale financière…les licenciements…le pouvoir d’achat…ou la Sécurité Sociale…met le bien commun au service de tous à commencer par les plus faibles

 

Panser les plaies est certes nécessaire, mais il est tout aussi urgent d’agir avec d’autres et à long terme sur les causes économiques et politiques sources de pauvretés. La dignité des personnes appelle à chercher plus de justice jusqu’à pouvoir éviter la seule assistance

 

‘Pratiquer le Droit et la Justice, voilà ce qu’il plait à Dieu…(Bible)

À la suite du lancement de cette opération presbytérale, nous souhaitons témoigner de celà 

 

Un groupe de prêtres diocésains Yves Mas, Paul Vuillermoz, Henri Moine, Roger Philibert, Michel Guerre, Tibère Schiopu, Jacques Jouham, Roger Servy, Raymond Chénet, Michel Clémencin, Jean Auby, Georges Fabre, Yves Bernin, Gaby Rouillet, Xavier Balp, André Granjon, Xavier Martin, Michel Durand

 

 

 

 

Contact : Yves Mas 1, allée des Marronniers 69120 Vaulx-en-Velin 04 78 73 89 63

Publié dans Eglise

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Collet 18/11/2009 08:59


Je suis très heureusement surpris de cette réaction de prêtres lyonnais.
Au delà du côté ostentatoire de ce don, en contradiction totale avec l'enseignement des Evangiles, nous pouvons en effet nous interroger sur l'idéologie que certains prêtres diffusent à travers ce
genre d'action « à l'Américaine ». En effet, les prêtres ne sont pas « riches ». Qu'ils fassent un don de manière très médiatique, à cette hauteur de leur salaire, n'est-ce pas envoyer un message
culpabilisant à l'attention des personnes les plus faiblement rémunérés ? Ceci alors qu'elles sont souvent les premières victimes du contexte politique et économique. L'Eglise devrait évidemment
demander d'abord aux plus privilégiés de partager, mais surtout elle devrait enjoindrent les politiques de mettre en place des politiques plus juste, par exemple en abolissant le bouclier fiscal
mis en place par le président « bling-bling ».
Dominique Collet


Michel Durand 19/11/2009 11:41


C ette lettre de cette vingtaine de prêtres n'a toujours pas été publiée. Voilà l'explication qu'en donne Yves Mas :
La non parrution de notre communiqué à la date prévue a étonnée plus d'un... Je viens d'avoir un contact avec le journaliste qui m'a assurré qu'il n'y avait aucune censure de leur part mais un
dysfonctionnement dans leur service comme celà arrive.... Il pensait que l'article était bien passé.... Il va faire son possible pour que parraisse quelque chose de notre communiqué même si ce
n'est plus bien dans le moment....Mais la Charité est toujours d'actualité lui-ai-je dit... Il me tient au courant...