Curé, dans une grande tristesse, j’assiste, totalement impuissant, à une inévitable destruction d’un patrimoine religieux. Rien n’est encore fait pour éviter le pire.

Publié le par Michel Durand

2013-0976.jpg

 

Jeudi dernier, il m’a fallu faire de nouveau une visite de l’église du Bon-Pasteur située dans le 1er arrondissement lyonnais. Grande désolation !

De jour en jour le patrimoine se dégrade. Les vitraux sont désormais, de l’intérieur, la cible de projectiles.


2013-0964.jpg

 

Il y a quelques années, en accord avec la mairie du 1er arrondissement, de nombreux bénévoles se disposaient à nettoyer et déposer dans une benne les restes de l’école des Beaux Arts à qui l’église fut prêtée. Selon les accords signés entre cette école et la paroisse, le bâtiment était destiné à être rendu en état de fonctionnement. Ce ne fut pas le cas.

Il était question à l’époque de l’ouvrir pour l’offrir aux habitants dans la perspective d’une Maison pour tous. Un espace cultuel devait y être aménagé. Vu l’immense surface disponible, culte et culture pouvaient aisément trouver leur place. La population locale, les paroissiens et les associations acceptaient cette union, même si ce ne fut pas acquis d’avance.

Mais les décideurs ne voyaient pas ainsi. Selon la loi de 1905, l’église se devait d’être exclusivement affectée au cultuel catholique. C’est à se demander si l’intention profonde n’est pas de conduire le bâtiment à sa ruine complète.

Il est aujourd’hui totalement impensable de procéder à un nettoyage avec des bénévoles. La tâche est désormais trop immense. Chaque jour qui passe contribue à alourdir la charge financière d’une éventuelle restauration. Il suffit de voir quelques photos et de comparer avec les années précédentes, en regardant ICI ou ICI.

 

2013-0966.jpg

2013-0968.jpg

2013-0974.jpg

2013-0975.jpg

2013-0971.jpg

 

A la prière du soir, je me suis quelque peu reposé avec cet hymne

"Ô Père, source de l'amour,
tu nous as gardés en ce jour
dans ta tendresse.
Si je n'ai pas compris ta voix,
ce soir je rentre auprès de toi,
et ton pardon me sauvera de la tristesse.


Publié dans Art

Commenter cet article