Dans la formation chrétienne, il ne s’agit pas de devenir un être de savoir, mais de savoir être

Publié le par Michel Durand

Ces derniers jours, j’ai eu plusieurs fois l’occasion de réfléchir et méditer sur l’engagement du fidèle du Christ au sein de son Église tournée vers le monde. Du reste, il suffit de lire les homélies et commentaires déposés sur ce blog « en manque d’Église » pour constater que les idées qui me viennent à l’esprit sont toutes marquées par la nouveauté de cette rentrée de septembre 2013. Je vous invite à suivre le chemin de ces méditations et réflexions... 

 

Parmi les conversations passées, je retiens une phrase que je considère comme très importante. Voilà : Dans la formation chrétienne, il ne s’agit pas de devenir un être de savoir, mais de savoir être.

Pour entendre ou tout lire de l'homélie de ce jour à St Polycarpe - Lyon : C'est ici

 

argent-4.jpg

 

(... )

On pourrait, aujourd’hui, établir une parabole en se basant sur le travail des avocats des affaires qui conseillent habillement leurs clients pour qu’ils déposent leurs fortunes dans les banques des paradis fiscaux. Ne pourrions-nous pas également réfléchir sur la gestion de nos patrimoines pour y dénicher nos astuces afin de payer le moins d’impôt possible ? Jésus fait l’éloge de l’habileté et non de la tromperie du gérant. Il invite ses auditeurs à choisir entre Dieu et l’argent, à poser habilement un choix de vie qui permette d’adopter un comportement en harmonie avec ce choix (André Sansfaçon).

 

Ce « savoir être » consiste à se détourner de tout le matériel quand celui-ci n’est plus un outil au service du spirituel. Il faut choisir : l’argent, les biens de ce monde, les productions et consommations illimitées… ou la vie de l’Esprit qui s’ouvre sur l’Éternel Royaume. Autrement dit, pour être dans la vérité de Dieu, il importe de savoir se situer de façon habile en chaque moment de son quotidien pour que l’absolu du Dieu créateur demeure.

"Aucun domestique ne peut servir deux maîtres : ou bien il détestera le premier, et aimera le second ; ou bien il s’attachera au premier, et méprisera le second. Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’Argent"


Publié dans Eglise

Commenter cet article