Dois-je réfléchir à la posture de l’agent pastoral qui souhaite être présent avec humilité pour conduire les personnes à l’Esprit du Christ

Publié le par Michel Durand

Suite au poste du dimanche 8 septembre 2013, qui tente de réfléchir sur la vie d’une communauté de « suiveurs » du Christ, j’ai reçu un commentaire que je suis heureux de pouvoir publier en plein page.

Ma correspondante, laïque en mission ecclésiale, salariée de Eglise à Lyon nous livre donc « quelques réflexions de ce matin, à peaufiner évidemment ! » Elle travaille entre autre à la catéchèse des enfants.

 

juillet2013-0004.jpg


"En ce début d’année, comme le bâtisseur de tour de la parabole de l’Evangile, nous nous sommes assis et nous réfléchissons : que faut-il mettre en place pour aller jusqu’au bout de la construction ? Il y a les inscriptions à l’éveil à la foi, à la connaissance du contenu de la foi, au groupe des chercheurs d’or et de lumière. au groupe baptême / mariage, etc… Comment, en Eglise, allons-nous conduire les inscrits à la vérité de l’Evangile ? Tout en respectant les demandes d’encadrement socio-religieux, comment allons-nous conduire à l’Esprit du Christ ?

Chaque agent pastoral, chaque chrétien conscient de son baptême se doit de prendre les moyens de répondre à cette question. Nous en parlerons le 5 octobre à la journée paroissiale. Mais, prenons conscience dès maintenant de l’importance de la question en nous plaçant sous le regard du Christ. Il veut que nous nous mettions à sa suite. Comprenons bien le sens de cette affirmation."

Michel, je viens de lire ton homélie d’hier, et de relire celle de la semaine dernière, et je me sens convoquée : prendre du temps pour réfléchir à cette posture de l’agent pastoral qui doit être présent avec humilité pour conduire les personnes qui lui sont confiées à « l’Esprit du Christ », pour reprendre ton expression,

Si vous devons faire résonner cette Bonne Nouvelle dans le cœur des enfants et des parents, ce n’est jamais acquis et tout reste en suspens, seule la vérité de la démarche peut être enrichissante pour tous, et notamment pour l’agent pastoral ; se laisser surprendre, se laisser saisir en ayant à cœur de grandir dans cet amour qui nous dépasse ; ne pas s’arrêter dans le « savoir » mais approfondir notre « savoir être »,

C’est effectivement tout un programme pour lequel nous devons essayer de tenir ce quotidien avec ses dérives et cette spirale qui tente de nous aspirer vers une autre dimension plus grande que nos visions humaines, or tout cela n’est pas chose facile de devoir tenir l’équilibre d’une façon régulière. Avoir en tête qu’en tant que chrétien, nous devons marcher, avancer et que toute rencontre est un appel à un déplacement,

Pour moi, il me semble qu’il est important que la posture pastorale baigne dans la joie d’être ensemble.

 

à propos des funérailles, vues sous l’angle commerciale des pompes funèbres

Néanmoins je reviens sur cette phrase également qui rejoint un début de conversation que nous avons eu tous les deux concernant les célébrations des funérailles

"En ce début d’année scolaire, nous nous posons la question en pensant à la nécessaire ouverture sur le monde de notre communauté de prière. Nous ne sommes pas un service public destiné à encadrer le passage d’un état de vie à un autre : baptême, communion, mariage, enterrement. Nous sommes au service de la vérité de Dieu manifestée en Christ."

Je suis d’accord avec toi pour ne pas tomber dans le service public quand il y a demande de sacrement ; néanmoins le fait d’une préparation permet un certain recul et un approfondissement vers la vérité de Dieu. Par contre au niveau des funérailles tu me disais que tu ne voulais pas entrer dans le mécanisme des Pompes Funèbres et certes ce n’est pas ton rôle ; toutefois je suis toujours à me dire qu’en face des PF il y a une famille en plein désarroi, et qu’une seule date permet de mettre un repère dans le chaos qu’elle vit, n'est-ce pas la mission de tout chrétien ?  Voilà ce que je voulais te dire.

Amitiés M.

Cela peut encore s’approfondir je te l’accorde ou se dire autrement.

 

Je commente : Pour aller plus loin dans la réflexion, je dois dire que je ne saisis pas bien le sens de cette expression « et qu’une seule date permet de mettre un repère dans le chaos qu’elle vit ». Est-ce la date de la prière de sépulture , ou de la rencontre de préparation ?...

Publié dans Eglise

Commenter cet article