Allah est un terme qui est utilisé à la fois par les chrétiens et les musulmans au Moyen-Orient et en Indonésie

Publié le par Michel Durand

Bonsoir Mr Michel.

Mon cœur est  triste.

Je condamne cette décision avec des mots durs.           

Le mot Allah est réservé aux musulmans pour la justice malaisienne.

Ce n'est que manque de vérité.
Kotsubzal R.


allahmalaisie2013-08-22T092515Z_1267166530_GM1E98M1BWK01_RT.JPG
Des manifestants musulmans devant la Cour d'appel de Putrajaya,

près de Kuala Lumpur.
REUTERS/Bazuki Muhammad


 
En Malaisie, les non-musulmans ne peuvent invoquer Allah, c'est en substance ce qu'a décidé ce lundi une cour d'appel malaisienne, dans un procès qui oppose depuis plusieurs années le gouvernement malaisien à un journal chrétien. Les juges ont cassé une décision de justice de 2009 qui était favorable au quotidien catholique The Herald. Début 2010, l'autorisation de la justice d'employer le mot Allah par les chrétiens avait provoqué la colère des conservateurs musulmans, plusieurs lieux saint, en majorité des églises ont été la cible d'attaques.

Deux camps s'affrontent dans cette polémique lancée début 2009 par le ministre de l'Intérieur qui avait menacé d'interdire le quotidien catholique The Herald pour avoir utilisé le terme «Allah» en référence à Dieu chez les adeptes de religions non-musulmanes.
Le journal avait décidé de contre-attaquer en justice pour violation de ses droits constitutionnels. La cour lui avait donné raison, ce qui avait exacerbé les tensions religieuses. Mais la cour d'appel a aujourd'hui rejeté cette décision, donnant finalement raison au gouvernement. « L'usage du nom Allah ne fait pas partie intégrante de la foi chrétienne. L'usage de ce nom risque de semer la confusion dans la communauté », estime le juge.
La partie adverse réplique que le terme « Allah » est employé depuis des siècles par les chrétiens de Malaisie, y compris dans la traduction malaise de la Bible. La communauté chrétienne qui ne représente que 9% des 28 millions de Malaisiens s'estime victime de discrimination religieuse, que les autorités favoriseraient à des fins politiques. Les avocats du quotidien catholique comptent en tout cas saisir la Cour suprême.

 



Publié dans Politique

Commenter cet article