Homélie du 8 janvier 2012, Epiphanie

Publié le par Michel Durand

Aujourd'hui, à Saint-Polycarpe, nous avons vécu la deuxième étape vers le baptême d'enfants du catéchisme : le signe de la croix.

J'en ai parlé au cours de la liturgie en disant que les chrétiens d'Egypte se faisait tatouer une croix.

 

Tatouages-coptes1.jpg

Tatouages traditionnels chez les Coptes d'Égypte :
une Croix sur le poignet

Et j'ai dit :

"C’est Dieu qui vous appelle à devenir les amis de Jésus, son Fils. C’est pourquoi je vais vous marquer du signe des chrétiens : la croix de Jésus. (Croix que j'ai tracé en blanc sur les fronts et une main.)

Tout au long de votre vie, cette croix vous rappellera son amour. Ne l’oubliez jamais".

 

La fin de l'homélie

Les mages rendent visite à la famille de Jésus et nous, aujourd’hui, nous accueillons le don que Dieu nous accorde en essayant de le comprendre et, en même temps, en acceptant de ne pas tout comprendre.

Le mystère du Christ, c’est ce que - Antoine, Carla, Louise, Iris, Ainoha, Yann, Tina, Lisa, Zoé et Nicolas – en marche vers le baptême, vous acceptez de recevoir dans votre chair avec le signe d’une croix dessiné sur votre corps. D’Abraham à aujourd’hui, Dieu veut un peuple de frère et de sœurs, reconnaissant que l’ultime Absolu possible est Dieu Amour, hors toutes tendances sectaires.

Le mystère ce n’est pas un secret que Dieu garderait jalousement pour lui ; au contraire, c’est son intimité dans laquelle il nous fait pénétrer. Dieu nous le révèle progressivement, étape par étape jusqu’au baptême, puis étape par étape dans les autres sacrements jusqu’à la mort. Nous faisons tous cette expérience qu’on ne peut pas, d’un coup, tout apprendre.


Pour lire ou entendre toute l'homélie se rendre ici.


Publié dans Eglise

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article