Homélie du dimanche 27 juin 2010

Publié le par Michel Durand

Le Fils de l’homme, lui, n‘a même pas une pierre où poser la tête. Rappelons que l’évangéliste Luc (contrairement à Marc et Matthieu) ne montre jamais Jésus dans une maison qui lui soit propre à lui ou à son groupe. Pauvreté radicale. Détachement complet. Rien ne doit empêcher de se mettre à la suite du Christ. Rien ne doit séduire. Rien ne doit détourner de l’attention à Dieu...

 

Pour Lire ou entendre.

 

 

L'animal, lui a de quoi dormir !terrier.jpg

 

Jésus lui déclara :
« Les renards ont des terriers,
les oiseaux du ciel ont des nids ;
mais le Fils de l'homme n'a pas d'endroit où reposer sa tête. »
59 Il dit à un autre :
« Suis-moi. »
L'homme répondit :
« Permets-moi d'aller d'abord enterrer mon père." »
60 Mais Jésus répliqua :
« Laisse les morts enterrer leurs morts.
Toi, va annoncer le règne de Dieu. »
61 Un autre encore lui dit :
« Je te suivrai, Seigneur ;
mais laisse-moi d'abord faire mes adieux
aux gens de ma maison. »
62 Jésus lui répondit :
« Celui qui met la main à la charrue
et regarde en arrière
n'est pas fait pour le Royaume de Dieu. »


Publié dans Eglise

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article