Homélie du dimanche 6 novembre 2011

Publié le par Michel Durand

Parabole des 10 jeunes filles, les unes sages, les autres insensées...

06-CODEX-ROSSANO-LES-VIERGES-SAGES-ET-FOLLES.jpg

Codex de Rossano, VIe siècle

Vite, rendez-vous au musée diocésain de Rossano,

en Calabre pour voir le codex purpureus

 

N’oublions pas qu’une parabole n’est pas une allégorie. Seule la leçon finale compte. Il n’y a pas à chercher des correspondances entre chaque détail de l’histoire et des situations ou des personnes concrètes. Ainsi, ne nous scandalisons pas de ces prévoyantes qui refusent de partager ; ce récit n’est pas une parabole sur le partage, mais sur l’attente, l’espérance.

 

On pourrait imaginer un appel terrifiant dans cette parabole, un appel qui réponde au tableau catastrophique que dresse l’actualité. On sait dés maintenant que des sans domiciles ne trouveront pas de logements même par grand froid. On sait que les analyses des détresses écologiques n’aboutiront pas à des solutions concrètes, car aucun décideur ne s’attaque à l’économie de marché qui doit rester libre ; on sait que les finances fictives ne sont que des leurres ; on sait que les guerres entre peuples profitent à l’industrie ; on sait que les ressources de la terre sont limitées, mais on continue à l’exploiter comme avant, malgré quelques aménagements de surface, etc…

 

Entendre ou lire l'ensemble de l'homélie ? C'est ici !


Publié dans Eglise

Commenter cet article