J’étais dans la rue et tu m’as ouvert ta porte

Publié le par Michel Durand

Alors qu’avec un groupe d’amis, participants aux cercles de silence de Lyon, nous nous préparons à écrire aux maisons religieuses chrétienne, je lis cet article ci-dessous dans La Croix (8 novembre 2012). Quelle belle réalité ! qui nous encourage à nous adresser aux chrétiens ayant de la place disponible chez eux.

 

2296517_cur.jpg

Le père Jacques Braem, l'un des trois vicaires de Seine-Saint-Denis,
est chargé de convaincre les fdèles  d'accueillir les SDF dans les salles paroissiales

Le secours catholiques s'adapte aux nouveaux visages de l'exclusion. Les paroisses de Seine-Saint-Denis vont accueillir des SDF durant l'hiver

Face à la hausse du nombre de personnes sans logement, le Secours catholique et le diocèse de Saint-Denis lancent une initiative inédite en Seine-Saint-Denis. Du 1er décembre au 31 mars, toutes les paroisses seront invitées, sur la base du bénévolat, à offrir un accueil de nuit chaleureux dans des salles paroissiales ou des appartements inoccupés. Certains accueils resteront ouverts de jour. Le 115, qui n'arrive plus à répondre aux demandes, orientera les SDF vers les paroisses. Les bénévoles recevront une formation et seront accompagnés par les antennes locales du Secours catholique. « Je crois beaucoup à ce contact personnel pour changer nos regards sur les personnes en situation de grande précarité et imaginer de nouvelles politiques », plaide Claude Bobey, délégué départemental du Secours catholique, qui va sillonner les paroisses pour recruter des bénévoles. Depuis 2008, le diocèse de Paris mène une action similaire avec Hiver solidaire.

Jean-Baptiste FRANCOIS

 

Voici le projet de lettre

Dans le gouvernement précédent, une loi pénalisait de 3 ans de prison et de 30 000 € d’amende les personnes qui venaient en aide aux étrangers considérés comme « sans papiers ». Cette loi, « délit de solidarité », de fait peu applicable, est désormais abrogée. Il n’y a donc aucun risque légal, aujourd’hui, à venir en aide à des migrants en difficulté.

Pourtant, parmi les personnes sans logements, les personnes clandestinement présentes sur le territoire français, rencontrent davantage de problèmes que d’autres sans domicile. Le 115 (droit de tous au logement) est devenu une solution aléatoire à cause du trop grand nombre de demandes.

De fait, chaque nuit, dorment dans la rue des familles avec enfants scolarisés, des femmes célibataires avec enfants en bas âge, des hommes seuls et même des adolescents. Nous parlons beaucoup des Roms. Il y aussi de nombreux ressortissants d’Afrique et de pays non-européens.

Nous pensons que dans les grandes maisons religieuses, dans les locaux paroissiaux, il peut y avoir de la place pour ces familles ou pour les célibataires. Surtout, nous pensons que mettre trop de personnes en un même lieu n’est pas souhaitable ; car, à cause des différences de culture, la cohabitation devient vite problématique. Ce n’est donc que pour trois ou quatre personnes au maximum, que nous souhaitons votre participation à l’accueil de l’étranger dans l’attente d’une solution pérenne. Une entente préalable et claire sera alors mise en place.

Dans le cadre des cercles de silence que nous tenons chaque deuxième mercredi du mois à 18 h 30 place des Terreaux, il y a des personnes compétentes dans l’accueil pour maintenir un suivi des personnes accueillies. Effectivement, en plus de l’aide au logement, un accompagnement psychologique, juridique, amical est nécessaire. Nous nous engageons à l’assurer. En conséquence, en recevant des personnes dans vos murs, vous pouvez être certains que celles-ci ne seront pas abandonnées à elles-mêmes. Sans négliger les sympathiques rencontres fortuites, des réunions régulières d’évaluations auront lieu, notamment avec vous, afin de ne pas créer des situations qui n’auraient d’autres avenirs que l’enlisement auquel il faudra avoir le courage de mettre un terme.

La question de l’accueil des étrangers ne peut se porter de façon isolée. Elle doit l’être en Eglise aussi, par la présente lettre, nous nous engageons à entreprendre tous les suivis nécessaires. En ce sens, il est indispensable de demander aux personnes logées de participer aux frais d’occupations, électricité, chauffage, entretien. Les repas étant à leur charge.

Les difficultés de l’hiver arrivant inéluctablement, il nous serait agréable d’avoir une réponse à notre demande dans les jours proches.

 

 

Merci de votre écoute, avec nos fraternelles salutations.

 


Publié dans Témoignage

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Christiane 14/11/2012 08:26


Merci pour votre blog que j'ai découvert après votre interview par le journal La Décroissance. Merci pour votre travail, j'aurais bien aimé participer aux rencontres autour des textes de J.Ellul,
malheureusement je suis trop loin !...Je suis une maman et nouvelle grand-mère, et malheureusement, dans notre paroisse de quartier favorisé (pour dire pudiquement "riche"), je regrette que l'on
ne parle pas plus souvent de l'attention concrète à tous les pauvres, les petits qui sont l'icône du Christ...Merci à vous.


En toute amitié fraternelle

Michel Durand 17/11/2012 18:26



Il y a un vrai mystère dans la faiblesse de Dieu vécue par et en Jésus-Christ. Une profondeur que les esprits simples et spontanés peuvent saisir :


"Je te remercie, Père, d'avoir caché cela aux sages et aux
savants et de l'avoir révélé aux tout-petits"
Matthieu 11.25