la charité, la bienveillance, la justice, la fraternité, la solidarité n’est pas une option, mais le propre de notre condition de baptisés

Publié le par Michel Durand

rome_antique_image796-copie-1.jpg

L’ensemble des Lombards, accompagnés de Gépides, mais également de bandes saxonnes, hérules et même avares, se mettent alors en route pour l’Italie où la destruction du royaume du grand Théodoric avait surtout créée un véritable vide politique, militaire et même administratif. Pour en savoir plus.

 

Pour me protéger des redites, je m’inspire largement ce dimanche d’un sermon de Maxime de Turin pour l’épiphanie. Maxime, 5e siècle, évêque de Turin encourageait à réagir à la dégradation du sens civique et sociale de son temps. Sa ville est menacée par des étrangers ; les Lombards transitant vers les Alpes occidentales. Le peuple des campagnes se réfugie dans la citée, voire dans la cathédrale. Une garnison romaine était installée à Turin depuis le 1er siècle.

On imagine le désordre et la détresse assurément visible dans tous les coins de la ville. Ces étrangers désignés du nom de Barbares n’agissaient pas avec douceur. Tenant compte avec réalisme du malheur du temps, l’évêque n'hésitait pas à blâmer sévèrement les fidèles qui profitaient du désordre. Il rappelle avec force le lien profond qui existe entre devoir du chrétien et devoir du citoyen. Saint Maxime soulignait ainsi que l'amour traditionnel de la patrie inclut le devoir fiscal.

Je laisse travailler votre imagination afin qu’elle vous invite à dessiner quelques parallèles entre le politique d’aujourd’hui et celui du 5e siècle. Quand des gens cherchent une protection intra muros, que faut-il faire ? les reconduire extra muros ? Quand on se doit de payer des impôts, va-t-on suivre les conseils des avocats des affaires qui trouvent des astuces pour éviter d’alimenter le bien commun ?

Lire ou entendre tout l'homélie ? Venir ICI

Publié dans Eglise

Commenter cet article