La dissidence par rapport à l’air du temps ne peut être guidée par la nostalgie du bon vieux temps. Il ne s’agit pas de revenir en arrière.

Publié le par Michel Durand

Ce texte (ci-dessous) fut trouvé sur le site « Construire une éthique sociale chrétienne ». Il semble bien convenir pour présenter la prochaine séance de Chrétien et Pic de pétrole ce samedi 14 décembre à l’Espace Saint-Ignace.

 

806444-967321


- Comment notre société (qui est une société occidentale industrielle de consommation), notre contexte social et culturel nous influencent-t-ils… jusque dans notre spiritualité, jusque dans notre relation avec Dieu ?

- Comment et dans quelle mesure peut-on influencer notre société ? Quelles sont nos valeurs ? Quels sont les fondements de notre comportement dans la société ? Comment vivre et manifester, individuellement et en communauté, notre espérance dans un monde plongé dans « l’effacement de l’avenir » ?

- Où sont les hommes qui se battront pour manifester leur espérance, et donc leur courage et leur indignation ?

(…)

Il est intéressant d’étudier les reproches que Dieu adresse à Israël par l’intermédiaire du prophète Amos. Ils concernent entre autre la corruption de la justice (de ses juges), les injustices sociales et l’oppression.

 

Avec la nouvelle alliance, les préoccupations sociales et leur dénonciation n’ont pas disparu : c’est ce que montre clairement la lecture de l’épître de Jacques – notamment son chapitre 5.

(…)

Nous devons être le levain dans la pâte (Matthieu 13 : 33) ou, pour employer une autre image, le sel de la terre (Matthieu 5 : 13). En tant que sel de la terre, le danger est de devenir fade – par conformité au monde – ou de rester enfermer dans la salière. Dans un cas comme dans l’autre, le sel n’a aucune utilité.

(…)

La dissidence par rapport à l’air du temps ne doit pas être guidée par la nostalgie du bon vieux temps. Il ne s’agit pas de revenir en arrière : ça n’est pas possible !

Il nous faut donc échapper à deux attitudes symétriques : la servilité moutonnière et « branchée » et la crispation sur le passé . Une autre voie est à trouver. Un grand défi !

Quelle société voulons-nous ?

Se rendre ici pour avoir les textes qui seront étudiés au cous de ce laboratoire.

 

Commenter cet article