Le discours de Claude Dagens sur l'art

Publié le par Michel Durand

dagens.jpgClaude Dagens, évêque d’Angoulême a déposé sur son blog le texte de son intervention dans le cadre du parvis des gentils. Je vous invite à le lire attentivement. Comme cela, si je délire complètement à son propos, il sera facile de me le dire.

Cardiaux et évêques semblent, mais peut-être pas tous, se tourner vers les artistes quand ceux-ci apportent de l’eau à leur moulin.

En fait, être à l’écoute de ce que dit l’Esprit par la médiation des créations artistiques émanant même d’artistes athées, me semble plus évangélique.

Voici quelques phrases de ce pasteur qui ont provoqué ma réflexion.

« Mais, de ce point de vue-là, je dois compléter ce qu’affirme Jean CLAIR lorsqu’il évoque ce principe d’élévation qui serait intérieur à la Tradition catholique : cette élévation (je cite Jean CLAIR) de « l’obscur vers la lumière, de la matière vers l’esprit, de l’immonde vers le monde, de l’informe vers la forme. » Il est vrai que l’humanité de Dieu révélée en Jésus Christ assume tout de notre condition pour la transfigurer de l’intérieur. Mais justement, cette transfiguration n’est pas seulement une élévation : elle est, au sens propre, une assomption, et elle s’inscrit d’abord à l’intérieur de ce qu’elle vient ressaisir ».


« Durant dix-sept ans, de 1992 à 2009, j’ai accompagné, en tant qu’évêque, le Service français pour le dialogue avec les incroyants. J’atteste que les membres de ce service modeste, même si, au début, ils étaient plutôt des catholiques critiques, sont devenus peu à peu des hommes et des femmes convaincus d’avoir à vivre des temps nouveaux, où l’on ne peut plus rêver d’un affrontement entre la tradition laïque et la tradition catholique »

 

« Cette culture muette, où le silence domine, est aussi une culture de la rencontre de Dieu, qui, seul, sonde les reins et les cœurs. Et devant telle statue du Sacré Cœur ou de la Vierge Marie, ou de quelque autre saint, nous savons tous qu’il est possible de s’ouvrir au mystère, de percevoir l’invisible et surtout d’être saisi par cette présence de résurrection dont la source nous dépasse infiniment. »

 

Qu’on ne se trompe pas. Ce dialogue a plu à des catholiques.

Je cite : Emmanuel de…

Le blog d'Emmanuel est un lieu de partage des réflexions, des sentiments d'un catholique. C'est aussi l'agenda de nombreuses rencontres. Emmanuel de… est très à l’aise avec Mgr le comte de Paris et la princesse. Je le cite :

"Le choix des orateurs fut excellent . Pour ma part je veux retenir un témoignage essentiel celui de Jean Clair de l'Académie Française qui bien que sur le parvis prit la défense du temple en pointant les erreurs de notre Eglise depuis les années 70. Je vous invite à regarder et écouter sur KTO. Son attaque en règle du pseudo art qui sévit à l'intérieur de nos églises, son attaque en règle d'une Eglise qui s'est protestantisée et dont la liturgie s'est protestantisée alla droit à mon coeur. Mgr Dagens en soutane pour l'occasion essaya bien de répondre à Jean Clair disant que le temps des abus litugiques était terminé. Nous savons que c'est faux il suffit de voir ici où là. Ce fut aussi pour moi l'occasion de rencontrer le nonce apostolique , lui dire mon attachement au Siège de Pierre lui confier mon sentiment sur telle ou telle situation" .

Le vrai débat que je souhaite traiterait plutôt de ces questions :

Au travers de l’art moderne, de l’art contemporain, des avant-gardes, se glisse l’art actuel.

Dans ces catégories déterminées par les historiens d’art, on distingue les créations qui soulignent la matérialité de l’objet, niant toute spiritualité, de celles qui orientent vers une transcendance horizontale ou verticale. Un Ailleurs. Conscient ou inconscient.

Nombreux sont les artistes aujourd’hui à refuser le concept de contemporain car ils en refusent le matérialisme. Ils veulent en effet développer par leur art l’élan spirituel, athée ou croyant en Dieu, qu’ils ressentent dans leur existence.

Ceci dit, j’ouvre un autre axe de réflexion, sous-jacent aux débats sur la laïcité. Il s’agit de voir avec lucidité l’alliance inévitable entre culte et culture. En effet, l’exclusivement cultuel n’existe pas. Alors, comment l’art dit d’Eglise trouvera-t-il sa place au sein des créations actuelles, contemporaines ?


Publié dans Art

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article