Les Mass médias

Publié le par Michel Durand



Nous sommes peu portés à la lecture. Est-ce d'aujourd’hui (en 1977) ou de tous les temps ? Mis à part une élite alphabétisée qui, de siècle, en siècle, modela sa vie sur des exposés écrits, n'est-ce pas dans les cabarets, sur les places publiques, dans les rues que le peuple s'habitua aux idées nouvelles et se laissa former par elles ? Socrate parlait en tous lieux. Il "faisait" les marchés, Jésus, Paul étaient écoutés dans les lieux publics ; François, Dominique… ; Chevrier : « Ne nous est-il pas permis d'aller comme Notre Seigneur, comme les apôtres, "publice et per domos", sur les places, dans les usines, dans les familles, porter la foi, prêcher l'Évangile, catéchiser, faire connaître Notre Seigneur Jésus-Christ… Catéchiser, c'est une grande mission, surtout aujourd'hui. Il faut instruire, non pas de grands discours, mais par des entretiens simples, bien à la portée du peuple ».image015.gif

Aujourd'hui, n'est-ce pas par la télévision que l'on pénètre assurément au sein des familles ? Pas toujours pour le bien, c'est vrai. Reconnaissons toutefois qu'il y a ici un moyen, appelé audiovisuel, que nous connaissons encore mal, que nous maîtrisons peu, faute, sans doute, de l'utiliser suffisamment.

Au Creusot, dans le diocèse d'Autun, plus exactement sur le quartier de la Résidence du Lac, afin d'expliquer aux familles le principe de l'évangélisation des petits enfants par les parents (autrement dit le catéchisme) j'avais utilisé le magnétoscope du diocèse. Le résultat semblait acceptable malgré mon manque de formation en ce domaine. C'est que le matériel est d'un emploi facile.

Il est hélas impossible de porter un jugement sur l'opération ; celle-ci aurait dû se répéter plusieurs années de suite. Ce que je pense pouvoir affirmer sans me tromper, c'est l'intérêt d'un tel moyen audiovisuel pour créer, lancer un dialogue simple entre gens concernés par un même problème.

La bande magnétoscopique nécessite de nombreuses heures de recherche pour offrir un résultat qui passe dans le public ; ce dernier doit donc être suffisamment important en nombre pour qu'il vaille la peine d'entreprendre un tel travail. Il ne peut-être réduit à une seule paroisse. C'est pourquoi l'équipe qui est chargée de transcrire une idée, un message par l'intermédiaire d'un mass-media doit pouvoir le faire au bénéfice de plusieurs quartiers, de plusieurs villes. Nous comprenons ainsi la nécessaire unité, la collaboration indispensable qui doit exister entre les diverses communautés, tant pour la détermination d'un sujet et son développement que pour la formation des réunions dont le nombre de participants doit rester tel que la discussion demeure possible après l'émission télévisée.

Nous sommes tous au courant de ces lois et ce n'est pas à ce propos que je m'interroge. Mon interrogation porte sur le faible emploi des moyens que nous possédons. Je crois qu'un peu partout existe un bon matériel audiovisuel : projecteurs, magnétophones, diapositives, cinéma et même magnétoscopes ne manquent pas. Pourquoi alors parlons-nous si peu de ces possibilités pour transmettre un message, le Message, ou encore pour étudier une idée ? C'est que nos esprits ne sont pas encore totalement préparés à ces méthodes. Bien sûr, je ne trouve pas normal que certaines personnes, prêtres ou laies, se spécialisent au point de ne faire, comme ils disent, que de l'audiovisuel. Mais, sans aller jusque-là, sans devenir de parfaits techniciens, pourquoi ne pas utiliser davantage le matériel mis à notre disposition ? Est-ce que ce serait aller à l'encontre des "moyens pauvres" avec lesquels doit être présenté l'Évangile ? Voilà une question qui mérite d'être, à mon avis, débattue ; question concrète aux applications précises. La réponse doit se trouver dans un équilibre à tenir entre la nécessité de croire aux moyens techniques, pour obtenir une bonne qualité artistique, et celle de croire aux moyens spirituels, seuls aptes à donner vie au message. En d'autres termes, il faudrait employer ces moyens sans y croire au plan spirituel tout en y croyant au plan humain.

Si je pense présentement aux mass-media, c'est parce que je cherche un moyen pour proposer le plus largement et le plus utilement possible des idées qui ne sont pas acceptées d'emblée ou qui sont méconnues. Je citerai en premier lieu parmi celles-ci : le message évangélique, son sens et ses conséquences pour aujourd'hui.

Si je pense encore aux mass-media, c'est que, sans pour autant en devenir le spécialiste, je suppose qu'il doit être intéressant de regarder dans cette direction. Nous possédons des moyens techniques, mal maîtrisés faute d'utilisations fréquentes ; il peut en être autrement.

 

 

staugustin.jpg

 

 

 

Te louer, voilà ce que veut un homme,

parcelle quelconque de ta création,

et un homme qui partout porte sur lui sa mortalité,

partout porte sur lui le témoignage de son péché,

et le témoignage que tu résistes aux superbes,

Et pourtant, te louer, voilà ce que veut un homme,

parcelle quelconque de ta création.

 

C'est toi qui le pousses à prendre plaisir à te louer

parce que tu nous as faits orientés vers toi

et que notre cœur est sans repos

tant qu'il ne repose pas en toi.

 

Saint Augustin.

 

 

 

Publié dans Il y a 30 années...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article