Maître, réprimande tes disciples - Je vous le dis, si eux se taisent, les pierres crieront

Publié le par Michel Durand

Les-Indigne.jpgLe colloque organisé par les membres de chrétiens et pic de pétrole : « objection de croissance et christianisme » connaît maintenant sa phase finale de préparation. Quand nous aurons la complète assurance de la participation des intervenants, nous publierons l’événement, tout en sachant, bien évidemment, que nous serons toujours soumis aux aléas imprévisibles de l’existence.

Nous sommes très motivés à poursuivre cette réflexion avec le désir d’atteindre les cœurs de telle sorte que tous les participants à ces trois jours obtiennent l’audace de bouleverser les cadres établis. Quand on a obtenu l’intelligence d’une situation, encore faut-il avoir l’audace d’une action.

Je reçois des messages encourageants. En voici un :

« Quel bonheur de découvrir ce colloque ! Auquel nous allons vite nous inscrire. Fidèles lecteurs, entre autres, de la Décroissance qui, malgré sa mauvaise humeur persistante, nous éclaire grandement, nous suivons aussi très régulièrement le blog de Patrice de Plunkett.

Nous avons décidé récemment d'organiser le 19 juin un après-midi à Paris afin de réunir quelques-uns des fidèles lecteurs de ce blog. 

Nous avons tellement soif de découvrir d'autres catholiques partageant la même vision écologique, la même soif de voir le système économique changer, le même désir d'une meilleure répartition des richesses. 

Nous nous rencontrons pour nous rencontrer, mais nous sommes certains aussi que cette rencontre peut être le début d'une aventure commune, car nous avons tous envie de nous engager. Nous sommes en train de préparer un agenda pour cette réunion et aurions aimé discuter avec vous pour comprendre qui vous êtes, qui vous entoure, si vous cherchez à fédérer des gens, etc. afin, par exemple, de ne pas vouloir recréer quelque chose que vous auriez déjà monté, mais de le rejoindre. »

L’attente de la rédactrice de ce billet rejoint bien évidemment notre désir : créer un mouvement susceptible de bouleverser nos vieilles habitudes. Il ne suffit pas que l’on proclame du haut d’une cathèdre : « pour de  nouveaux modes de vie » (1982) encore faut-il, concrètement, changer.

N’est-ce pas le souhait des Européens espagnols qui occupent depuis, le 15 mai, la Puerta del Sol ? Souhait repris à Bayonne, Paris :

- « Une révolution morale est nécessaire. Nous avons mis l’argent au-dessus de l’être humain, alors que nous devrions le mettre à notre service. »

- Il s’agit d’œuvrer pour une « société désirable » fondée sur quatre valeurs fondamentales : la créativité, la sobriété, la justice et la fraternité.

Source : La Croix du 25 mai

Chaque mois, le deuxième mercredi à 19 h de 80 à 100 personnes se réunissent à Lyon, Place des Terreaux, en cercle de silence, pour crier l’indignation des consciences : les migrants, étrangers sur cette terre, valent moins que les marchandises. L’homme vaut moins que l’argent. Jean-Claude Guillebaud, dans la Vie vivante, explique très clairement l’inacceptable emprise de l’économie et des techniques sur nos existences. Ce qui constitue la force et la beauté des droits de l’homme, la dignité humaine fondamentale est rejetée parce qu’obstacle au monde moderne capitaliste technocratique. « L’humanisme traditionnel est interprété comme une vision étroite, obsolète de notre destinée, sauf à s’en remettre à une transcendance fondatrice, d’ordre religieux ou métaphysique, transcendance que rejettent évidemment les scientifiques. »

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article