Ne donnons pas l’occasion de nous reprocher de nous lamenter sur ceux que nous déclarons vivants auprès de Dieu

Publié le par Michel Durand

Homélie de Toussaint

La joie de la mort ! Des fleurs

saint_cyprien.jpgCe qu'on en dit au IIIe siècle :

 

Saint Cyprien

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous ne devons pas pleurer nos frères que l’appel du Seigneur a retirés de ce monde, puisque nous savons qu’ils ne sont pas perdus, mais partis avant nous. (...) Nous devons donc les envier au lieu de les pleurer, et ne pas nous vêtir ici-bas de sombres vêtements alors qu’ils ont revêtu là-haut des robes blanches. Ne donnons pas aux païens l’occasion de nous reprocher avec raison de nous lamenter sur ceux que nous déclarons vivants auprès de Dieu (...).

L’apôtre Paul, d’ailleurs adresse reproches et objurgations à ceux qui s’affligent du départ des leurs [1Th 4.13-14ss]. (...) Et le Christ notre Seigneur et notre Dieu nous avertit par ces paroles : “Je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi, même s’il meurt, vivra ; et tout homme qui croit en moi ne mourra jamais [Jn 11, 25-26]. (...)

Lorsque nous mourrons, nous passons par la mort à l’immortalité ; et la vie éternelle ne peut être donnée que si nous sortons de ce monde. (...) Aspirons, mes frères, au jour qui doit assigner à chacun sa vraie demeure et qui, après nous avoir arraché à ce monde et libéré de ses pièges, nous rendra au paradis et au Royaume. Quel voyageur lointain n’aurait hâte de rentrer dans sa patrie ? Quel navigateur pressé de revoir les siens ne souhaiterait avec ardeur qu’un vent favorable lui permît d’embrasser plus vite ceux qui lui sont chers ? Notre patrie, c’est le ciel.”

 

 

 Pour tout entendre ou lire, venir ICI :

un regard sur les décors des premiers chrétiens dans les catacombres (avec illustrations visuelles).



Publié dans Eglise

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article