Noël sans cadeaux matériels ; le seul qui compte, c’est le cadeau du cœur. Or, pour vivre ce don, soyons forts intérieurement

Publié le par Michel Durand

Que dire aujourd’hui en ce 22 décembre 2013 ?

Comme au temps d’Isaïe interrogeant la politique du roi Achaz (VIIIe siècle avant notre ère).

 dsc07737.jpgDonc les médias ont parlé de cette tentative de réquisition d’un lycée croix-roussien inoccupé pour que des familles mal logées ou en recherche de logements puissent y vivre quelque temps en attendant des solutions… meilleures.
lire la suite.

 

Les rois conduisent mal leur peuple et la majorité de leurs sujets ne s’en plaignent pas. Nous le voyons en chaque instant. Cette semaine dans ce quartier du 1er arrondissement, il y en a eu chaque jour une preuve. Ce sont peut-être même les plus loin du Christ qui montrent, en partie, le chemin le plus juste. Je veux parler des professeurs des écoles et des parents d’élèves qui reçoivent pour la nuit dans des salles de classe, parfois chez eux, des familles qui dorment dans la rue. Je pense à l’Hôtel-Dieu, un bâtiment édifié au bénéfice des indigents et pèlerins ou voyageurs sans domiciles que l’on transforme en hôtel et commerce de grand luxe. Je pense aux bâtiments municipaux chauffés pour la protection de murs vides d’occupants dont l’autorité refuse qu’ils soient ouverts au bénéfice des sans-domiciles. Bref, on n’est pas loin de la nuit où Joseph et Marie ne trouvèrent pas de maison pour vivre le temps de la naissance du petit.

Pour tout lire ou tout entendre de l’homélie du dimanche 22 décembre en l'église Saint-Polycarpe à Lyon, se rendre ici.

Hier, devant recevoir les artistes pour le repas bilan de la Biennale d’art sacré actuel : Fragiles, je n’ai pas eu le temps de mettre en ligne l’homélie. La voici aujourd’hui, une entorse à mon règlement intérieur qui met internet au repos chaque lundi.


Publié dans Eglise

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article