Nombreux sont les conflits qui se poursuivent dans l’indifférence générale. Voyons la proximité de l’Eglise.

Publié le par Michel Durand

enfant-syrie-1.JPG

Comme toujours, l'homélie de ce jour en l'église Saint-Polycarpe, est à lire ou entendre sur le site de cette paroisse.

 

Sud-Soudan, Centrafrique... Syrie, ce que j'ai eu envie de dire ne peut que être marqué par ces tragédies de guerres civiles.

"Si, les jours précédents, je n’ai que peu évoqué l’actualité de notre temps, il m’est difficile avec l’évangile selon Matthieu, de ne pas penser fortement aux drames de Centrafrique et de Syrie.

Le contexte historique de ce récit évangélique selon Matthieu est le massacre d’enfants innocents par les soldats d’Hérode. Dieu serait-il responsable de tant de crimes ? Comment est-ce possible ? On se rappelle la mort des enfants juifs en Egypte, prélude au départ de Moïse à la tête du peuple hébreu pour fuir l’esclavage.

Dans cet évangile, il nous est dit que Jésus enfant fut sauvé par Joseph qui l’emmena en exil en Égypte, comme si le récit voulait nous suggérer qu’avec Jésus le peuple d’Israël allait revivre une nouvelle histoire de libération, un nouvel Exode. L’authentique libérateur se heurte, dés sa naissance aux forces de l’ordre, aux chefs d’Etat. Alors, comme le moment de la rencontre décisive n’est pas encore venue, il n’y a qu’une solution, fuir dans un pays voisin.

Aujourd’hui, l’île de Lampedusa est tristement devenu le symbole de l’accueil des familles devant quitter une terre natale pour survivre en terre étrangère. En ce sens, au lieu de parler de la Sainte famille, je pense que Matthieu nous invite plutôt à considérer la famille en difficulté dans l’obligation de sa migration.

N’oublions pas qu’actuellement, pour se protéger des arrivées de migrants, les pays d’Europe inventent Frontex qui, afin de répondre aux souhaits des Etats membres semblent plus porter à refouler les migrants dans la mer qu’à écouter leurs besoins essentiels de fuir une mort certaine dans leur pays.

Jésus a échappé au massacre. Le pourrait-il aujourd’hui avec tous les dispositifs militaires et juridiques qui sont mis en place ? Lire la suite."

 

 

Je vous invite à lire le message de François pour la journée de la PAIX =

1er JANVIER 2014

LA FRATERNITE, FONDEMENT ET ROUTE POUR LA PAIX

 

En manque d'Eglise se retire jusqu'à jeudi soir. A mon retour, je pense reprendre  le dossier de l'accueil des migrants.

Publié dans Eglise

Commenter cet article