Nous avons pris conscience de la difficulté à concrétiser ce qui nous paraissait intellectuellement comme une évidence psychologique, philosophie, économique, théologique…

Publié le par Michel Durand

Jacques_Ellul_630x.jpg

Jacques ELLUL

Proposition d’un groupe d’étude

En 2002 – 2003, sur les Pentes de la Croix Rousse à Lyon, je rencontrai des objecteurs de croissance, des militants de la décroissance qui, attachés à leur découverte (ou redécouverte) de l’Évangile, lisaient avec bonheur des textes interrogeant gravement les sociétés capitalistes, textes que j’avais eu le plaisir d’étudier dans les années 80. Parmi ceux-ci Jacques Ellul.

En effet, au tout début du XXIe siècle, les ouvrages des années 70-80, critiques sur la société consumériste, après dix ans de quasi-oubli, étaient réédités et les questions interrogeant, par exemple, le sens du travail (mon sujet d’étude à l’époque) jaillissaient de nouveau.

En 2009, le premier colloque voulu par Chrétiens et pic de pétrole mettait à plat sur la table la question de la décroissance que l’on commençait de plus en plus à désigner par les mots d’objection de croissance.

En 2011, le deuxième colloque, toujours sous le regard de Chrétiens et pic de pétrole, mais avec en plus la participation du Centre Saint-Ignace, se posait la question de la connivence possible entre le christianisme et l’objection de croissance. Objection de croissance et christianisme. Quelles convergences ? Quelles divergences ? Le chrétien ne devrait-il pas se sentir fondamentalement concerné par le refus d’une croissance sans limites ?

Nous avons alors pris conscience de la difficulté à concrétiser ce qui nous paraissait intellectuellement comme une évidence psychologique, philosophie, économique, théologique…

Comment changer de paradigme ?

Comment rendre plus juste la Société ?

Aujourd’hui, dans la ligne même du personnalisme d’Emmanuel Mounier qui posa clairement les questions importantes d’une nécessaire refondation, je me demande s’il n’est pas très opportun de se tourner vers ces penseurs, quand même quelque peu ignorés. Du reste, le centenaire de la naissance de Jacques Ellul ravive ce courant prophétique. En lui se trouvent les éléments d’action pour un changement profond.

Aussi, j’ai bien envie pour 2012-2013 de proposer plusieurs séances de confrontation à la pensée ellulienne pour que nos idées ne soient pas que des idées.

 

5 séances :

- 1) Révolutionnaire , révoltés, indignés. Trois réalités actuellement inopérantes, mais qui dans une réelle prise de conscience, témoignent déjà d'une rupture avec la pensée unique. (Jacques Ellul, De la révolution aux révoltes, p. 500-505)

 

- -2) Prendre conscience de l’emprisonnement subi par les systèmes technocratiques qui maintiennent la suprématie du pouvoir de l’argent.

Voir aussi le processus de dérive (aliénation) des institutions qui ne fonctionnent plus que pour leur survie en contradiction flagrante avec leurs finalités d'origine : analyse critique des situations concrètes : partis, Églises, etc.). (Jacques Ellul, De la révolution aux révoltes, p. 383-394 et p. 427- 433)

 

- 3) Adhérer à l’attitude mystique que l’Esprit de la Révélation biblique place en nous et manifester notre confiance en Christ libérateur, force de changement. (Voir l’Évangile de Marc 6, 7-13, mon homélie au 15 juillet 2012 :

http://www.eglisedespentes-lyon.cef.fr/spip.php?article357).

L’écologie est au service du développement humain. « L’environnement naturel […] a été donné à tous par Dieu et son usage représente pour nous une responsabilité à l’égard des pauvres, des générations à venir et de l’humanité tout entière. » (Caritas in veritate, § 48 ; http://diaconia2013.fr/2012/02/lecologie-au-service-du-developpement-humain/)

 

- 4) Se donner de nouveaux modes de vie en conformité avec nos convictions. En effet, chacun de nos actes pèse même si c'est le poids d'un colibri...

Dans la description de nos façons d’être, nous indiquerons ce qui sera facteur de changement ainsi que la source du dynamisme porteur de l’action.

(Jacques Ellul, De la révolution aux révoltes, p. 404-414)

 

5) Agir localement dans des associations précises et efficaces tout en s’organisant en réseau, prélude d’une action politique globale. Tel est l’enjeu capital du lien nécessaire pour refonder la Société...

Donc, élaboration d’une Politique.

Il s’agit de trouver de nouvelles formes d'actions collectives sans oublier qu’à la source demeure Celui qui nous dit   "chaque fois que deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis au milieu d’eux."

Comment dresser la liste de ces possibles engagements ?

C’est le regard sur ce qui est vécu, le discernement à la lumière de nos lectures et investissements concrets que nous y apporterons qui nous permettra de tracer le chemin d’une utopie réaliste.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article