Nous devons, radicalement couper et arracher le mal en nous pour vivre le bien éternel. Agir autrement, ce serait nous diriger vers la mort éternelle.

Publié le par Michel Durand

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 9,38-43.45.47-48

 moulin_huile_ane.jpg

 

Jean, l'un des Douze, disait à Jésus : « Maître, nous avons vu quelqu'un chasser des esprits mauvais en ton nom ; nous avons voulu l'en empêcher, car il n'est pas de ceux qui nous suivent. »
Jésus répondit : « Ne l'empêchez pas, car celui qui fait un miracle en mon nom ne peut pas, aussitôt après, mal parler de moi ; celui qui n'est pas contre nous est pour nous. Et celui qui vous donnera un verre d'eau au nom de votre appartenance au Christ, amen, je vous le dis, il ne restera pas sans récompense. Celui qui entraînera la chute d'un seul de ces petits qui croient en moi, mieux vaudrait pour lui qu'on lui attache au cou une de ces meules que tournent les ânes, et qu'on le jette à la mer. Et si ta main t'entraîne au péché, coupe-la. Il vaut mieux entrer manchot dans la vie éternelle que d'être jeté avec tes deux mains dans la géhenne, là où le feu ne s'éteint pas. Si ton pied t'entraîne au péché, coupe-le. Il vaut mieux entrer estropié dans la vie éternelle que d'être jeté avec tes deux pieds dans la géhenne. Si ton œil t'entraîne au péché, arrache-le. Il vaut mieux entrer borgne dans le royaume de Dieu que d'être jeté avec tes deux yeux dans la géhenne, là où le ver ne meurt pas et où le feu ne s'éteint pas.


 

Demandons-nous, malgré la complexité de la situation, si, dans le silence de l’Europe et de l’Amérique du Nord, il n’y a pas une inhumaine injustice conduisant à la main que l’on devrait couper, à l'œil à arracher, aux pieds à trancher...

Oui, dans ce cas, ce seraient à nous, les Occidentaux que nous trancherions les mains, les pieds parce que cause de scandale.

 

Entendre et lire l'homélie de ce jour : c'est ici.

Publié dans Eglise

Commenter cet article

jean François Monnet 30/09/2012 19:35


''Ne l'empêchez pas, car celui qui fait un miracle en mon nom ne peut pas, aussitôt après, mal parler de moi ;
celui qui n'est pas contre nous est pour nous.''


J'ai entendu ces paroles de la liturgie, ce matin et me suis dit que cet homme dont parle le Christ pourrait être l'artiste contemporain, habité par une idée de
transcendance (et de justice aussi), pas forcément coyant au sens orthodoxe du terme, mais capable de rallier les émotions, les énergies...


Cordialement à toi, Michel, te remerciant pour ta réflexion sur les textes évangéliques.


JF Monnet - blog ''Passage du Kairos'' (réflexions poétiques sur l'oeuvre d'art).