On nous propose une célébration centrée sur l’ordination des diacres et des prêtres, une célébration qui ne fait même pas mention des laïcs

Publié le par Michel Durand

Existe-t-il un lieu où  les chrétiens peuvent s’exprimer longuement et patiemment dans leurs sensibilités, convictions et options différentes ? Un lieu synodal, convivial et chaleureux où l’on puisse se parler en vérité ?

Paroissien.jpg

Heureux les invités à la fête

 

L’esprit conciliaire semble avoir déserté l’Église ; je parle de l’Église dite catholique, assurément romaine plus qu’universelle. Et pourtant, ils sont nombreux celles et ceux qui pensent que l’annonce de l’Évangile (permanente Bonne Nouvelle du Christ et  non nouvelle évangélisation) ne peut se faire avec fruits en dehors de l’acceptation de débats.

Je viens de recevoir ce texte, très lyonnais, qui circule dans les milieux « parvis » de l’Église. C’est en son centre qu’il devrait être lu, commenté et actualisé. Je le cite sur mon blog comme un symbole de l’ « en manque d’Église ».

 

Nous sommes tristes…

Nous aurions été heureux de nous réunir en Église avec le Diocèse, mais pas de cette façon.

1° Nous sommes tristes parce que cette manifestation du 14 octobre 2012, qui se présente comme une célébration du Concile Vatican II, témoigne au contraire d’un oubli central de l’apport du Concile.

En effet alors que le Concile rappelle que l’Église c’est fondamentalement le peuple de Dieu dans ce lien baptismal qui nous fait corps du Christ ; alors que le Concile nous fait comprendre que la structure hiérarchique pyramidale de l’Église n’est pas le fondement de l’Église, on nous propose une célébration centrée sur l’ordination des diacres et des prêtres, une célébration qui ne fait même pas mention des laïcs qui font vivre au quotidien notre Église !

Ce décalage entre le propos annoncé et sa réalisation nous met mal à l’aise.

2° Nous sommes tristes parce que cette rencontre s’inspire davantage des manifestations médiatiques qui ont pour objectifs de se montrer et se faire valoir. « Regardez comme c’est sympa d’être chrétien ! Nous ne sommes pas tristes ! »

Ce qui nous conduit à nous interroger sur le thème choisi pour la rencontre : « Serviteurs de la joie ».

Nous nous savons par vocation serviteurs inutiles de Dieu et de nos frères à l’image du Christ mort et ressuscité. Mais serviteur de la joie ?

3° Nous sommes tristes parce que cette rencontre aurait pu être réellement préparée autrement dans nos paroisses pendant l’année. Il aurait pu y avoir là l’occasion de s’approprier davantage le contenu du concile afin d’avoir à sa lumière une relecture critique de nos pratiques ecclésiales.

4° Nous sommes tristes parce que le coût de cette manifestation est en contradiction avec le souci affiché par ailleurs par notre Église d’être soucieuse des pauvres. L’argent qui sera mis pour cette opération n’aurait-il pas pu avoir une utilisation plus en accord avec la vie du Christ, notre modèle ?

Nous regrettons de ne pas nous sentir en accord avec cette proposition diocésaine. Mais ainsi que le droit canon nous y invite dans les paragraphes 2 et 3 de l’article 212 nous avons à coeur de faire circuler notre parole dans le souci que l’Évangile du Christ se vive dans l’Église et dans le monde. Nous prierons avec vous pour notre Église.


Vendredi14 sept 2012

Marie-Françoise Tinel (Bron) membre de la CCBL/Jonas

Annie et Robert Garrone (Bron)

Madeleine et Bernard Comte (Lyon 5°)

Micheline Bacquès (Caluire)

Annie Rigo (Lyon 2°)

Si vous le voulez vous pouvez :· exprimer votre réaction à l’adresse courreil :

mftristes69@laposte.net

Publié dans Eglise

Commenter cet article

hartvall 02/10/2012 19:00


Tout à fait d'accord Sur la forme = coût ? combien ?


sur le fond C'est de la poudre au yeux et surtout c'est une honte de célébrer soi-disnt le concile alors que les la

Michel Durand 03/10/2012 20:31



à suivre évidemment....