Résister à l’oubli des personnes sans-papiers

Publié le par Michel Durand

Aujourd'hui deux appels téléphoniques pour demander que faire avec des familles étrangères qui dorment dehors, des jeunes mineurs qui sont dans la rue tout le temps.

Sans papiers, ils n'existent pas, aucune structure officielle ne les acceptent.

2012 0555

A Lyon, deuxième mercredi du mois, 18 h 30 place des Terreaux, mercredi soir 12 septembre CERCLE DE SILENCE

Le silence

Face à une injustice qui dure, le cercle de silence s’indigne et résiste à l’oubli des personnes sans-papiers.

Que signifie ce silence de ces femmes et de ces hommes assemblés au milieu du bruit ?

Est-ce comme en musique : ce qui permet de reprendre son souffle ?

C’est le silence des personnes enfermées dans les centres de rétention administrative.

Celui

  D’une femme ou d’un homme qui a quitté son lieu de naissance, avec regret et avec espoir,

  D’une femme ou d’un homme qui espère trouver un ailleurs, une escale ; 

  D’une femme ou d’un homme qui a quitté ceux qu’il aimait.

  D’une femme ou d’un homme qui n’a plus voix au chapitre

  D’une femme ou d’un homme qui n’a plus le droit de faire entendre sa voix,

  D’un enfant.

Si on allait écouter, en silence, ce qu’elles disent ces personnes qu’on ne voit pas mais dont on entend parler ?

Dans le bruit, le silence au cœur de la ville, demande un engagement profond et total et permet de s'ouvrir à une parole inattendue. On ne sort pas indemne d'une heure de silence.

Les gens peuvent ressentir cette non-parole comme un danger ; le silence aide à proposer une parole apaisée et compréhensive. Le silence est une manière de poser sur moi et sur l’autre un regard nettoyé, purifié, renouvelé ; un regard de compassion qui conduit à accepter de se désarmer, de se désapproprier pour comprendre et accepter que notre opinion personnelle ne vaut pas plus, mais autant, que celle de l’autre. Dans le silence, résonne la gravité de la situation d'enfermement des personnes sans-papiers, dont la vie a du poids.

Le silence est gratuit, simple, il accueille chacun avec ce qu'il est.

Il y a des silences vides,

Des silences obligés, contraints mais aussi des silences dignes, respectueux

Respectueux du bruit de la vie, du tintamarre des revendications

Des silences anxieux, des silences émus, des silences crispés, des silences vides,  

Des silences heureux, des silences attentifs à ce qui pourrait sourdre en nous : de notre cœur, de notre esprit

Des silences pleins, pleins des hommes et des femmes (avec ou sans papiers)

Des silences justes, qui s’ajustent à la vie réelle des hommes et des femmes ; qui inscrivent dans la durée qui peuvent nous pétrir et faire bouger notre opinion.

 

Septembre 2012

 Par notre participation à ce cercle de silence, nous voulons dénoncer les traitements souvent inhumains dont sont victimes des hommes, des femmes et même des enfants du seul fait qu’ils soient venus en France sans papiers en règle, pour mieux vivre ou sauver leur vie.

Nous dénonçons les obstacles administratifs qui visent à rendre de plus en plus difficile l’obtention d’un titre de séjour et contraignent des hommes et des femmes, des familles, à travailler dans la clandestinité et la peur, privés de tout projet et de conditions de vie simplement décentes.

Nous n’acceptons pas que la France refuse sa protection aux demandeurs d’asile qui sont exposés à de très graves dangers en cas de retour dans leur pays d’origine.

Nous refusons que des hommes, des femmes et des enfants soient privés de liberté et de dignité dans les centres de rétention administrative.

Nous voulons que la France reste un pays d’accueil sans cesse enrichi et transformé par des êtres humains venus du monde entier.

Nous réprouvons fermement les conditions de vie de nombreux bidonvilles habités par des Roms, mais nous affirmons que les chasser pour souvent pire, est inacceptable et indigne.

Nous estimons inhumaines les menaces d’expulsions (une quarantaine de migrants africains à Calais en août 2012 selon Amnesty International) sans que soit assuré le strict respect des normes internationales relatives aux droits humains.

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article