« Se rendre au cercle »

Publié le par Michel Durand

wabian.jpg

sur le blog de Jean Hoibian, pasteur

 

- Où t’en vas-tu donc si vite ? à la foire ? chez le médecin ?

- Non, je vais au cercle.

- Mais le Cercle des officiers de la caserne n’existe plus !

- Tu retardes ma chère ! N’as-tu jamais vu un troisième mercredi du mois un petit rassemblement près de la FNAC et de l'église Saint Louis

- Oui, en effet, j’ai vu quelque chose de bizarre depuis le bar-tabac, mais je ne me suis pas arrêtée ! Je n’aime pas les manifestations politiques, ni les groupes sectaires !

- Quelle erreur ! tu n’es pas curieuse ! C’est là que je vais une fois par mois, et voici plus de 3 ans que nous nous tenons en silence, encadrés de pancartes , qui parlent à notre place ! Au centre nous plaçons, une lampe-tempête, symbole de l'espoir que nous voulons garder

- Mais qui sont les gens avec qui tu t’affiches ?

- C’est très mélangé ! : des hommes et des femmes, des gens âgés et des plus jeunes, voulant tous attirer l’attention des Pouvoirs publics et de tous les citoyens sur les mauvais traitements infligés, dans notre beau pays, inventeur des Droits de l’Homme, aux étrangers demandeur d’asile, et aux étrangers sans papiers ! 

- Oh moi tu sais, les étrangers ! C’est de la politique ton truc !

- Décidément tu es vraiment comme un escargot ! Tu ne t’intéresses guère à ceux qui souffrent à cause d’une certaine politique. Citoyens français ou étrangers fuyant leur pays, nous avons tous des droits, des responsabilités !

- Mais je croyais que tu fréquentais l’Eglise ?

- Oui, tu ne te trompes pas, mais ce sont les Responsables de toutes les églises de France qui nous appellent à nous soucier des « sans-papiers ». Tu connais le vieux précepte : « tu aimeras ton prochain comme toi- même »

- Alors ton Cercle, c’est un truc chrétien ?

- Et non ! et quelle heureuse découverte ! Dés le début les gens ont dit : nous sommes tous indignés par la souffrance infligée aux étrangers, que nous soyons athés, agnostiques, musulmans, protestants ou catholiques. Allons-nous agir séparément ? Unissons nos forces et tentons par une commune protestation de nous respecter et de nous enrichir par nos différences ! Et ça marche ! à Grenoble et dans plus de 150 villes de France !

- Mais dis donc ça m’intéresse votre affaire…Pourquoi nommez vous cela : cercle de silence ?

- Pour créer la surprise ! des politiciens bavards, des agitateurs, nous en avons à revendre en France ! Notre silence indique notre objection de conscience, vécue dans la non-violence. Toute personne qui se joint au cercle fait l’effort de signifier : je tiens très fort à la tradition française de l’accueil des étrangers, je refuse de voir les Droits de l’Homme bafoués, violés !

- Mais dis-moi, personne ne vous insulte, se moque ? Et la police ?

- Depuis 3 ans nous fonctionnons sans problèmes.

- Je suis pleine d’étonnement ! Et n’est-ce pas trop dur de rester une heure debout, en silence, par tous les temps ?

- Oh si ! les plus âgés d’entre nous sont soumis à un effort pénible. Mais qu’est-ce cette fatigue, comparée aux mille tracas des démarches administratives imposées aux demandeurs d’asile (hommes, femmes chargées d’enfants, grands-parents souvent en mauvaise santé) ?

- A l’occasion, fais-moi passer vos tracts. Combien êtes-vous à manifester pacifiquement ?

- On démarre à 15 ou 20 , mais très vite, le cercle s’agrandit, 80 ou 100 ! Une amitié, une fraternité, s’installent entre nous.

- Mais quels résultats ?

- Certains d’entre nous agissent pour rencontrer les familles étrangères, les guider dans leurs démarches, les mettre en relation avec les services sociaux… Mais les gens du Cercle ne sont pas dupes sur leur apparente inefficacité. C’est comme un cri dans la nuit du silence ! mais nous croyons au devoir de conscience et de résistance morale !

- Je crois que je vais vous rejoindre. Je ne veux plus vivre comme un escargot, sourd et aveugle aux responsabilités citoyennes !

 

 

L'indignation peut conduire au "cercle de silence"

Publié dans Politique

Commenter cet article