Si la personne rencontrée n'est pas édifiée par mon silence, elle ne le sera pas non plus par mes paroles

Publié le par Michel Durand

le dos tourné au désert

janvier-2014-0002_2.jpg

Abba Arsène

En ce temps-là, Abba Arsène habite encore dans le palais du roi. Il fait cette prière à Dieu : "Seigneur, conduis-moi sur le chemin où je serai sauvé".

- Une voix lui répond : "Arsène, fuis loin des hommes et tu seras sauvé".

Arsène part loin des hommes. Il vit seul. Il recommence la même prière :

- "Seigneur, conduis-moi sur le chemin où je serai sauvé". Il entend une voix. Elle dit :

- "Arsène, fuis, tais-toi, demeure en repos. Voilà les racines d'une vie sans péché".

 

Comme  chaque année depuis plus de 20 ans, me voilà en congé annuel dans un retirement où je me pense loin de tout

- bien qu’aujourd’hui, le téléphone mobile (est-ce l’homme ou le téléphone qui est mobile ?) étant partout, on n'est loin de nulle part, jamais seul.

De fait, avec ou sans moyens techniques, on reste toujours à la porte d’un entre-deux entre vie abondante et vide absolu. Au milieu du Sahara, par exemple, la sortie de l’oasis demeure sans cesse à la frontière du néant humain, là où seul vit l’animal. Le désert, m’a dit un jour un Mauritanien, c’est là où il n’y a que des animaux.

 

Retraite rituelle donc jusqu'au 18 mars.

Aucun contact internet en cette période. Merci.

Publié dans Témoignage

Commenter cet article