Soleil de vie, triptyque de Roger Garin

Publié le par Michel Durand

évocation des grands tympans romans

 

 DSCN6893.jpg

 

Qui es-tu, douce lumière qui m’inondes

Et illumines l’obscurité de mon cœur ?

Tu me conduis par la main comme une mère,

Et si tu me lâchais, je ne saurais faire un pas de plus.

Tu es l’espace qui enveloppe mon être et le garde en lui,

Abandonné de Toi, il tomberait dans l’abîme du néant

Dont tu me tiras pour m’élever à la lumière.

Toi, plus proche de moi que je suis moi-même,

Plus intérieur que mon être le plus intime

Et pourtant insaisissable et inouï.

Surpassant tout nom :

       Esprit Saint, Amour éternel.

 

Edith Stein, prière à l’Esprit Saint

Publié dans Art

Commenter cet article