Téléphones portables et terres rares

Publié le par Michel Durand

Merci à Henri qui communque ce texte :

La croissance verte accroît la dépendance aux terres rares

En cette période festive et faste, alors que les gadgets dernier cri se vendent comme des petits pains, le sujet des terres rares revient sur la table. Mercredi dernier, Le Canard Enchaîné consacrait un article très intéressant à ces minerais, produits à 97 % par la Chine, dont la particularité est d’être très difficiles à extraire et à raffiner tout en étant extrêmement précieux car indispensables à la production de nouvelles technologies - ordinateurs, écrans plats ou encore téléphones portables. Leur utilisation s’avère tout sauf durable dans la mesure où les stocks de ces dix-sept éléments sont finis et où leur extraction requiert toujours plus d’énergie - ces minerais étant de moins en moins concentrés - et s’effectue dans des conditions écologiques et sociales désastreuses.

bayan_obo.jpg

C’est pourquoi les associations écolos tirent régulièrement la sonnette d’alarme sur l’explosion de la consommation de produits high tech, et leur “obsolescence programmée”, qui contribue à cet emballement et à la dépendance autour de ces matériaux. Mais là où le journaliste aborde un aspect moins traité et encore plus sensible, c’est lorsqu’il souligne que les technologies vertes accentuent elles aussi la consommation de terres rares.

 Et l’article d’égrener une liste de métaux indispensables au développement durable : le terbium est utilisé dans les lampes à basse consommation, le gallium dans les LED et les cellules solaires à haut rendement, l’indium dans les cellules photovoltaïques ou encore le néodyme dans certains moteurs de voitures électriques et générateurs d’éoliennes.

Le Canard Enchaîné conclut alors son article en citant l’ouvrage Quel futur pour les métaux ? que viennent de publier deux ingénieurs, Philippe Bihouix et Benoît de Guillebon : “La croissance verte est un mythe : la course technologique et l’innovation créent un emballement de besoins en métaux, en particulier les plus rares, qui rend cette croissance non durable.” Sans compter que pour ces scientifiques, si le recyclage peut freiner le gaspillage, il ne pourra pas inverser la tendance d’un épuisement de ces ressources.

Pour autant, à moins de choisir la voie de la décroissance, notre économie reste basée sur la consommation de ressources naturelles. La question est donc de savoir si la croissance verte est davantage consommatrice de terres rares qu’une économie non respectueuse de l’environnement, notamment basée sur les énergies fossiles.

“Il est difficile de dire si ces industries dites vertes consomment plus de terres rares par unité de valeur que des industries considérées comme classiques. Toutefois, il ne fait pas de doute que la croissance dans les industries “propres” sera l’un des principaux moteurs de l’augmentation de la demande de terres rares dans les années à venir”, estime John Seaman, chercheur à l’Institut français des relations internationales, spécialiste de la politique énergétique en Chine et des terres rares.

Malgré tout, pour John Seaman, la question de la limitation de la consommation de terres rares s’avère aujourd’hui prématurée : “La transformation de notre consommation énergétique est impérative et elle pourra se réaliser que par de nouvelles technologies qui augmentent l’efficacité énergétique de l’activité humaine et qui nécessitent des terres rares.” Pour adopter de nouvelles méthodes de production énergétique, nous devrons donc “augmenter la production de terres rares à travers le globe d’une manière plus responsable, propre et sécurisée et assurer une meilleure diversification dans l’approvisionnement de ces métaux, aujourd’hui concentrés dans les mains d’un seul pays”, estime le chercheur.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Installation solaire photovoltaïque 24/03/2011 17:20



Existe t-il un moyen de substitution de cet élément pour l'industrie high-tech?



Michel Durand 01/04/2011 17:42



Je ne pense pas, mais, avant tout, je ne suis pas un spécialiste de la quesion.