Tous les croyants en un Créateur entendent la voix de Dieu et sa manifestation, dans le langage des créatures

Publié le par Michel Durand

voeux-2013.jpg

 

À suivre l’actualité, nous sommes bien obligés de nous informer sur la réalité des dons d’ovocytes, de sperme, de la PAM.

Un rapide voyage sur internet donne à penser.

 

Celui-ci accompli, je me suis rappelé un texte de Vatican II, l’Église dans le monde de ce temps, Gaudium et spes. Certes, c’est complètement décalé, abstrait du quotidien. Mais, je me demande si ce n’est pas cette vision de l’autonomie non indépendante de l’homme qui doit orienter nos pensées alors que, dans l’individualisme libéral et libertaire, nous devenons incapables de poser des limites à nos désirs.

Voici une annonce parmi de nombreuses autres :

« Homme dans la trentaine, père d’une jolie petite fille, souhaite aider des couples sérieux à réaliser leurs désirs d'être parent. Je ne souhaite pas participer à l'éducation de l'enfant, mais accepte de garder contact. »

Ou encore :

J'ai 48 ans ; je vis seule. J'ai fait plusieurs essais ; aujourd’hui, le médecin me recommande de rechercher une donneuse d'ovule. Qui peut m’aider ? Je prends en charge tous les frais et peux donner une rémunération à celle qui voudrait coopérer. »

Gaudium et Spes, N°36. Juste autonomie des réalités terrestres

 1. Un grand nombre de nos contemporains semblent redouter un lien étroit entre l’activité concrète et la religion : ils y voient un danger pour l’autonomie des hommes, des sociétés et des sciences.

2. Si, par autonomie des réalités terrestres, on veut dire que les choses créées et les sociétés elles-mêmes ont leurs lois et leurs valeurs propres, que l’homme doit peu à peu apprendre à connaître, à utiliser et à organiser, une telle exigence d’autonomie est pleinement légitime : non seulement elle est revendiquée par les hommes de notre temps, mais elle correspond à la volonté du Créateur. C’est en vertu de la création même que toutes choses sont établies selon leur ordonnance et leurs lois et leurs valeurs propres, que l’homme doit peu à peu apprendre à connaître, à utiliser et à organiser. Une telle exigence d’autonomie est pleinement légitime : non seulement elle est revendiquée par les hommes de notre temps, mais elle correspond à la volonté du Créateur. C’est en vertu de la création même que toutes choses sont établies selon leur consistance, leur vérité et leur excellence propres, avec leur ordonnance et leurs lois spécifiques. L’homme doit respecter tout cela et reconnaître les méthodes particulières à chacune des sciences et techniques. C’est pourquoi la recherche méthodique, dans tous les domaines du savoir, si elle est menée d’une manière vraiment scientifique et si elle suit les normes de la morale, ne sera jamais réellement opposée à la foi : les réalités profanes et celles de la foi trouvent leur origine dans le même Dieu. Bien plus, celui qui s’efforce, avec persévérance et humilité, de pénétrer les secrets des choses, celui-là, même s’il n’en a pas conscience, est comme conduit par la main de Dieu, qui soutient tous les êtres et les fait ce qu’ils sont. À ce propos, qu’on nous permette de déplorer certaines attitudes qui ont existé parmi les chrétiens eux-mêmes, insuffisamment avertis de la légitime autonomie de la science. Sources de tensions et de conflits, elles ont conduit beaucoup d’esprits jusqu’à penser que science et foi s’opposaient.

 

3. Mais si, par « autonomie du temporel », on veut dire que les choses créées ne dépendent pas de Dieu et que l’homme peut en disposer sans référence au Créateur, la fausseté de tels propos ne peut échapper à quiconque reconnaît Dieu. En effet, la créature sans Créateur s’évanouit. Du reste, tous les croyants, à quelque religion qu’ils appartiennent, ont toujours entendu la voix de Dieu et sa manifestation, dans le langage des créatures. Et même, l’oubli de Dieu rend opaque la créature elle-même.

Publié dans Anthropologie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

JPCC 22/03/2013 14:23


Bonjour,


merci de votre réponse. Mais sur quel texte vous appuyez-vous pour affirmer que Dieu s'interdit d'intervenir dans l'évolution d'un monde autonome qui se construit ?

Michel Durand 01/05/2013 19:57



Le 1er Mai me donne l'occasion de vous répondre. Nombreux sont les textes de Vatican II qui parlent de l'autonomie des réalités terrestres. Autonomie de la créature, de l'homme en particulier,
confirmée par Dieu. Voir Gaudium et Spes 41 ou N° 36 : autonomie des réaltés terrestres légitime et aussi 56 ; 75...


Je vous souhaite une bonne lecture en suivant le lien vers le Vatican



JPCC 23/02/2013 09:49


Bonjour,


pourriez-vous préciser la relation entre l'autonomie de la création et l'intervention de Dieu dans l'histoire. L'autonomie de la création "ad extra" implique-t-elle que l'univers suit ses propres
lois, et que Dieu s'interdit d'intervenir dans cette évolution? N'est-ce pas la conception contraire que défend la Bible, celle d'un dieuqui intervient dans l'histoire, qui n'hésite pas à arrêter
le soleil, à envoyer le déluge ou à faire reculer les flots ?

Michel Durand 22/03/2013 10:01



Effectivement, Dieu s'interdit d'intervenir dans l'évolution d'un monde autonome qui se construit. Il n'est pas l'explication ultime d'un phénomène non compris. Dieu n'est pas un "bouche-trou".


N'oublions pas que les écrits bibliques, surtout dans ce domaine de la création, sont des poésies, des écrits symboliques et non scientifique. Le genre littéraire de chaque livre doit être pris
en compte. Il me semble que c'est par ici qu'il faut commencer la lecture de la Bible.


Plus tard, je reprendrais ce sujet qui demande de longs développements. Merci pour vos questions, celles de beaucoup de personne face au mystère de la révélation divine.