Chrétiens, par une vertu alimentée de la communion au Christ envahissons les places pour que les pauvres soient respecter par tous

Publié le par Michel Durand

Les chrétiens sont porteurs d'une espérance, d'une expérience et d'un contenu de foi qui est intéressant pour tout le monde ».
Voir le site du mouvement chrétien des retraités.
Chrétiens, par une vertu alimentée de la communion au Christ envahissons les places pour que les pauvres soient respecter par tous

Extrait de l’homélie de ce jour à Lyon, Saint-Polycarpe.

Je parle de la vie dans un immeuble. Supposons que mon voisin fasse chaque jour trop de bruit ou qu’il ne tienne pas propre le devant de sa porte. Vais-je immédiatement aller m’en plaindre à la police ou frapperai-je à sa porte pour m’entretenir directement avec lui du problème ? Le recours au service de la police sera peut-être inévitable, mais a posteriori, après dialogue, seulement si le voisin en question ne peut vraiment pas ou ne veut pas entendre.

Le chrétien, le disciple du Christ vit avec tous. Il n’a pas de vêtements particuliers. Au service du bien commun, il est comme le levain dans la pâte. Il s’élève avec toute l’humanité (lire l’épître à Diognète). La philosophe Chantal Delsol explique : « Que l’Église soit minoritaire aujourd’hui ne me pose aucun problème. Plus nous serons minoritaires, moins nous ferons les malins. Je ne rêve pas de ces moines qui montent sur des tonneaux et crient sur les avenues. Les chrétiens n’ont qu’à rester modestes, être vertueux chacun à sa place, et cela finira bien par se savoir. »

À cela j’ajoute : Ayant mis en place, grâce à notre vertu alimentée par une vie de proximité avec le Christ, chrétiens n’hésitons pas à envahir les places, l’immense Bellecour par exemple, pour exiger que l’administration respecte tout homme en commençant par les plus pauvres. Jésus a dit :

celui qui croit en moi accomplira les mêmes œuvres que moi. Il en accomplira même de plus grandes, puisque je pars vers le Père

Pour tout lire ou entendre, se rendre sur le site de la paroisse.

N.B. Citant Chantal Delsol, je témoigne d’une vraie liberté, distinguant les écrits des personnes et de leurs compagnons, époux ou épouses.

 

Publié dans Eglise, évangile

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article