Les migrants doivent avoir accès à la protection internationale, sans discrimination en termes de nationalité, d'ethnie, de religion

Publié le par Michel Durand

Les migrants doivent avoir accès à la protection internationale, sans discrimination en termes de nationalité, d'ethnie, de religion

Mise à jour - 17 h 13 

ATTENTION : Le rassemblement organisé vendredi 18 décembre, journée internationale des migrants (initialement prévu place de la Comédie), se tiendra

place Gabriel Péri à 18H

en raison du refus de la préfecture pour la place de la Comédie (un refus qui vaut jusqu'à Noël !!!)

 

Ci-joint

le tract d'appel au RASSEMBLEMENT vendredi 18h-19h15 place Gabriel Péri (métro Guillotière)

 

Ce 18 décembre, de tels rassemblements se tiennent dans de nombreuses ville (en France et aussi à l'étranger)

Venez nombreux apporter votre soutien à tous les sans-papiers.

Hélène (resf)

 

PS. En raison du couvre feu, les horaires du rassemblement  ont aussi été adaptés : 18h-19h15.

Dans l’encart du tact du cercle de silence de Lyon du 9 décembre, était indiquée la manifestation : Place de la Comédie 69001 à 18 h :

Vendredi 18/12/2020 : manifestation pour la régularisation des sans-papiers. Voir fichier joint ci-dessous.

 

N’entendant pas parler de ce rassemblement sur Lyon, j’ai prêté l’oreille. Et, une fois de plus, je me suis dit que dans l’agglomération lyonnaise, l’unité d’action au service des migrants était loin d’être acquise. Des associations signataires de l’appel du 18 décembre, acte 4, ne pourrons pas se rendre place la comédie, car prises pas leurs propres engagements.

Surtout, sauf erreur de ma part, l’information à se rassembler place de la Comédie à 18 h n’est pas massivement. Visible. Pourtant CSP69 est co-signataire.

Par ailleurs des associations qui ont du poids en France posent des questions méritant d’être étudiées. Dans ce sens, j’ai rassemblé dans cette page divers éléments à lire attentivement.

 

  • Acte 4 des Sans-Papiers : Liberté, Égalité, Papiers ! Voir ici
  • MARCHE DES SOLIDARITÉS POUR LES SANS-PAPIERS ENTRE OPÉRA ET HÔTEL DE VILLE À PARIS CE VENDREDI. Voir ici
  • Strasbourg : manifestation pour les sans-papiers ce vendredi. Voir ici
  • Correspondance du cercle de silence d’Aix-en-Provence

Bonjour. 
Voici le texte de l’appel à manifester le 18 décembre, sous forme d’un cercle de silence, diffusé il y a déjà quelques jours dans le Pays d’Aix et le Pays d’Aigues pour la Journée internationale des migrants. 

Chers amis, 

Nous aurions pu vous appeler samedi prochain 12 décembre, 2ème samedi du mois, à une reprise de nos manifestations mensuelles, mais nous avons pensé qu’il était plus judicieux de reporter cette reprise au début de l’année prochaine compte tenu de l’appel de plusieurs associations aixoises à réunir un grand cercle de silence le vendredi 18 décembre pour la Journée internationale des migrants rappelant l'adoption par l’ONU en 1990 de la Convention internationale sur la protection de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille.

Cette journée constituera aussi, à la demande des collectifs de sans-papiers et des grandes organisations qui les soutiennent partout en France, la suite de la mobilisation (Acte 4) commencée au printemps et qui s’est notamment concrétisée par la marche nationale pour obtenir la régularisation des sans-papiers, la fermeture des centres de rétention administrative et un logement pour toutes et tous. 

Rappelons en passant que la Convention internationale est entrée en vigueur en 2003, ratifiée alors par plus de 35 pays... mais pas par la France. Serait-ce en raison de l’article 8 qui précise que « Les travailleurs migrants et les membres de leur famille sont libres de quitter tout État, y compris leur État d'origine » ? 

La France est manifestement sur ces questions un pays de plus en plus retardataire des Droits de l’Homme ! 

La manifestation se tiendra sur la Place de la Rotonde, au lieu habituel des cercles de silence entre 18 et 19 heures, elle sera accompagnée de la distribution du tract dont le texte figure ci-après avec ses premiers signataires.

Appel pour la Journée internationale des migrant.e.s

le 18 décembre 2020 à Aix-en-Provence

 

Les femmes et les hommes qui ont marché près d’un mois vers Paris, venus de différentes villes de France pour demander la régularisation des sans-papiers, la fermeture des centres de rétention administrative et un logement pour toutes et tous, nous invitent maintenant avec leurs collectifs, soutenus par l’ensemble des organisations de solidarité, à une mobilisation nationale le vendredi 18 décembre, Journée internationale des migrant.e.s. Cette journée instaurée par l’ONU vise à commémorer l'adoption de la Convention internationale sur la protection de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille.

Cette année, elle se situe dans le prolongement de cette marche nationale, dans un contexte marqué par la multiplication des discours de rejet à l’égard des migrants à la suite des attentats commis dernièrement, pratiquant l’amalgame entre musulmans et terroristes.

Or, rappelons que, selon l’actuel ministre de l’Intérieur, « sur les 30 derniers terroristes confondus pour des actes commis sur notre sol, 22 étaient français, 8 seulement, étrangers ». Celui-ci a également précisé que sur 20 000 personnes inscrites sur le fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste, 4% à peine étaient en situation irrégulière en France.

La crise sanitaire que nous traversons a mis en lumière de nombreuses inégalités. Si les personnes sans-papiers apportent leur contribution à la société française, elles sont le plus souvent très mal payées, contraintes à travailler dans l’illégalité, soumises à une grande précarité administrative et économique, beaucoup plus affectée par la pandémie, alors que l’accès aux droits est fondamental pour lutter contre toutes les formes de précarité.

De nombreux Aixois ont manifesté leur solidarité en accueillant le 19 septembre au soir les sans-papiers en marche vers Paris. Cette solidarité doit se poursuivre. Nous vous appelons à un rassemblement aux Allées Provençales où nous formerons, entre autres, un grand cercle de silence avec pancartes et distribution de tracts explicatifs.

Citoyens du Pays d’Aix et du Pays d’Aigues

Rendez-vous vendredi 18 décembre à 18 heures aux Allées Provençales pour soutenir les sans-papiers, quelles que soient les raisons de leur entrée en France, et pour faire savoir à ceux qui nous gouvernent que nous ne transigerons pas sur la

Fraternité, valeur essentielle de la République.

 

Signataires : AITE (Accueil informations de tous les étrangers), ASTI (Association de solidarité avec les travailleurs immigrés), ATMF (Association des Travailleurs Maghrébins en France) La Ligue des droits de l’homme, la Cimade, le Secours catholique, l’Entraide protestante, le Collectif AGIR, Aix Solidarité, ATD-Quart Monde Pays d’Aix, CFDT Pays d’Aix, Welcome Pays d’Aix, le Cercle de silence d’Aix-en-Provence, l’Atelier des Vanniers, ATTAC Pays d’Aix (Association pour la taxation des transactions financières et pour l’action citoyenne), les élus d’opposition d’AIX EN PARTAGE

 

  • Le pont de vue du Secours catholique

Bonjour Michel,

Tu trouveras ci-dessous une info toute fraîche de l'approche du Secours Catholique (national) vis-à-vis de la marche des solidarités et de l'approche du 18/12. Je pense que c'est intéressant de partager cela.

Bonjour à toutes et tous,

À l’occasion du 18 décembre - journée internationale des migrants de l’ONU -, diverses expressions et manifestations sont annoncées.

Des manifestations dans le cadre de la "marche des solidarités" (ou "marche nationale des sans-papiers", Acte 4) sont prévues dans plusieurs villes de France et à Paris. Des appels circulent, dont un texte à l’initiative du Mrap, signé par de nombreuses associations et syndicats.

De plusieurs délégations du réseau s’expriment des questions et des demandes pour que le SCCF s’associe à ces initiatives et les signe.

Qu’en est-il ?

Nous en avons parlé au sein de l’équipe nationale migrants. Les avis sont partagés et - ne le cachons pas - même divergents :

Je tente de résumer les principaux arguments exprimés dans un sens ou dans l’autre :

D’un côté, nous ne pouvons qu’approuver et soutenir le mouvement et l’émergence d’une mobilisation conséquente des principaux concernés. C’est indispensable, d’autant que la politique menée par les pouvoirs publics et les pratiques des administrations et des forces de l’ordre ne cessent de se durcir et de nier les droits fondamentaux des personnes migrantes. Les demandes essentielles portées par ce mouvement sont aussi les nôtres, et nous les appuyons et soutenons globalement.

Pour autant, nous devons constater que le plaidoyer porté par ce mouvement (ou par l’appel du Mrap), même si nous en partageons l’essentiel, va au-delà des positions du Secours Catholique. Or il ne va pas de soi de décider en quelques jours de signer un document demandant la «liberté de circulation et d’installation » sans nuance, ou encore la « fermeture des centres de rétention », sujet sur lequel le SCCF ne s’est pas exprimé depuis des années.

Par ailleurs, la forme et les expressions utilisées dans ces appels manquent singulièrement de nuances, et s’éloignent vraiment des tonalités habituelles de notre expression. Or - et nous en avons pris vraiment conscience avec tout le travail réalisé sur le « changement de regard » avec More In Common - ce type ou plutôt cette forme d’expression ne fait que convaincre les convaincus, braquer les personnes hostiles à l’accueil des migrants, et n’a pas d’effet, voire a plutôt un effet repoussant vis-à-vis de toutes les personnes « ambivalentes » qui s’interrogent ou sont mal à l’aise, sans être hostiles avec les thèses soutenues.  (et nous n’évoquerons pas, au surplus, les grandes réticences de la direction de la communication à des expressions publiques « militantes » du SCCF, surtout sur la question "migrations", en pleine campagne de collecte...)

Au final donc, l’arbitrage a été de ne pas demander (à la direction du SCCF) la signature de cet appel.

En revanche, était déjà acté depuis mi-novembre, au sein du Comité Plaidoyer, qu’une expression publique commune des 5 associations de la CAFI (coordination des actions aux frontières intérieures) – Amnesty, Médecins du Monde, Médecins Sans Frontières, Cimade, SCCF) serait préparée pour le débat prévu sur l’immigration à l’Assemblée Nationale le 16 décembre (et le 17 au Sénat).

Le débat à l’AN ayant été reporté, nous avons convenu de maintenir cette expression en la recentrant à l’occasion du 18 décembre. Cette tribune n’aborde pas tous les sujets, en se concentrant principalement sur les violations les plus manifestes à l’égard des exilés présents aux frontières et sur les campements, mais elle porte un discours et une forme plus compatibles avec le nôtre et surtout plus constructifs et dans la continuité de nos demandes.

Il aurait été de toute façon compliqué de demander deux expressions distinctes du SCCF, pour la même occasion, à cette date.

Au final donc :

Le SCCF ne soutient pas publiquement et ne signe pas l’appel pour la marche des solidarités ni l’appel du Mrap. Cela n’empêche en rien les délégations qui le souhaitent de manifester d’une façon ou d’une autre leur soutien et leur solidarité avec le mouvement des sans-papiers.

Le SCCF est cosignataire d’une tribune collective des 5 de la CAFI que les services Com de MdM et de MSF cherchent à faire paraître d’ici à dimanche (peut être dans le JDD).

Voilà pour ces explications peut-être un peu longues, qui visent à vous donner quelques clés et repères dans vos positionnements respectifs, tout en vous éclairant sur nos hésitations et nos approches parfois différentes (nous sommes sur des sujets complexes et sensibles…).

En PJ, pour information, vous trouverez l’appel du Mrap et autres ; et le projet de tribune des 5 de la CAFI que nous vous remercions de ne pas diffuser (pour votre info !) tant qu’elle n’a pas été diffusée.

Bien cordialement à chacune et chacun

 

Je termine en citant la Commission des conférences épiscopales de la Communauté européenne (Comece), lu ce matin. La photo de le page vient de ce site :

 

Nous constatons, une fois de plus, que la CUM n'est pas citée parmi les premiers signataires alors que l'accord de la CUM avait été donné

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article