Comment parler de Dieu aujourd’hui ?

Publié le par Michel Durand

41Njdpbnf5L._SL500_AA300_-copie-1.jpg

 

La Croix 13 septembre 2012 - évangélisation

Un philosophe s’interroge sur la difficulté de parler de Dieu dans le monde d’aujourd’hui. La difficile transmission de la foi

DOMINIQUE GREINER

 

Comment parler de Dieu aujourd’hui ? Anti-manuel d’évangélisation de Fabrice Hadjadj, Salvator, 219 p., 19,5 €

 

(...)

Le défi de la transmission de la foi est également au cœur de l’ « Anti-manuel d’évangélisation » de Fabrice Hadjadj. Il tente de répondre à la question qui lui a été posée par le "Conseil pontifical pour les laïcs" : comment parler de Dieu aujourd’hui ?

Tout en étant critique lui aussi à l’égard de la « mystique de l’enfouissement du chrétien social » quand elle se transforme en « mutisme de la carpe », il refuse de se poser en donneur de leçons et adopte une posture humble. Parler de Dieu n’a en effet jamais été une évidence pour personne, le mot Dieu pouvant être si facilement manipulé.

Le philosophe, converti de l’athéisme au catholicisme, déplace alors le questionnement et propose de réfléchir sur l’essence même de la parole : « Quand on se demande seulement ce qu’il faut faire pour bien parler de Dieu, on finit par n’être qu’un faiseur. La vraie question est plutôt de savoir ce que nous sommes, en tant qu’êtres parlants. » La parole vraie n’est pas celle du publicitaire qui cherche avant tout à être efficace dans sa stratégie de communication. La force d’un témoignage ne dépend pas de la maîtrise de techniques oratoires. Le plus souvent, le témoin cherche ses mots. Son « balbutiement » vient d’une expérience, du contact avec un événement. Ainsi en est-il aussi de la foi : dans la rencontre avec le Christ, les croyants font l’expérience que « le plus spirituel est uni au plus charnel, la plus haute gloire à la plus commune nature, la miséricorde la plus insondable à la plus abyssale misère. Il n’y a pas de parole adéquate devant une telle disproportion, ou plutôt la seule parole adéquate est celle qui balbutie de merveille et d’effroi, – la seule posture authentique, celle qui perd l’équilibre et part à la suite tout en partant à la renverse. »

 



 

Publié dans Témoignage

Commenter cet article