Fragilité n’est pas faiblesse. Notre humanité tend vers l'humilité. Et l'ange est bien là ! Cependant, même des anges, parfois, nous doutons

Publié le par Michel Durand

StepK, Le songe d'Elie, 9ème BASA, Fragiles. Lyon 2013

StepK, Le songe d'Elie, 9ème BASA, Fragiles. Lyon 2013

StepK, Elie et les anges

Stéphane Arrondeau Membre de la Commission d'Art Sacré du diocèse du Mans :
Pour son tableau « Le songe d'Elie », StepK revisite une œuvre de l'un de ses illustres prédécesseurs, Philippe de Champaigne, artiste majeur de l'art français du XVIIe s. Quel intérêt ? Fidèle à lui-même, StepK fait sauter le vernis des conventions pour faire resurgir le squelette des émotions. C'est brutal, violent, frontal !

Là où Philippe de Champaigne nous offre à voir la sérénité d'Elie, dans un songe apaisé, StepK nous brutalise avec un prophète au bord de la déréliction. La persistance rétinienne, renforcée par la fidélité à la composition et à la coloration de l'œuvre initiale, suggère une illusoire continuité de la trame du récit. Mais Elie, à cet instant, est las, épuisé, fragile...

Nous percevons la violence de son désarroi, la profondeur de son désespoir.

Chez Philippe de Champaigne, le silence envahit l'image. StepK et Elie, eux, le partagent... Oui, ils savent que le prophète demande à Dieu de le faire mourir !

C'est Elie, mais ce pourrait être n'importe qui d'autre. Certes, nous ne sommes pas tous prophète, mais faits, chacun, de cette même « glaise du sol » et d'une « haleine de vie ». Cette glaise appelée à retourner « à la glaise ». Cette glaise si fragile ...

Mais fragilité ne veut pas dire faiblesse. Notre humanité tend vers l'humilité. Et l'ange et l'« haleine de vie » sont bel et bien là ! Cependant, même des anges, parfois, nous doutons : « Anges pleins de gaieté, connaissez-vous l'angoisse, la honte, les remords, les sanglots, les ennuis (...) ? » Charles Baudelaire. Réversibilité. Les fleurs du mal.

Et soudain Elie se réveille, fort de son angoisse, de ses remords, de ses sanglots.Il part traverser son désert, quarante jours durant. Comme nous qui traversons, sans relâche, notre morne quotidien. La houle noire de nos nuits sans sommeil...

Peut-être devrions-nous faire confiance aux anges et aux poètes :

« Vous voyez cette plume ?
Eh bien c'est une plume d'ange.
Je ne vous demande pas de me croire. Je ne vous le demande plus. »
Claude Nougaro. Plume d'ange.

Biennale d'art sacré actuel, Fragiles. Lyon 2013, StepK. Stéphane Richard.

Publié dans Art

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article