Atteindre l’économie en sa source énergétique s’avère nécessaire pour une gouvernance au service de l’humain et non du capital

Publié le par Michel Durand

Loi travail: 153.000 manifestants selon la police, 300.000 d’après la CGT

Loi travail: 153.000 manifestants selon la police, 300.000 d’après la CGT

 

Source de la photo

Ce que nous attendons, selon la promesse du Seigneur, c’est un ciel nouveau et une terre nouvelle où résidera la justice. Dans l’attente de ce jour, frères bien-aimés, faites donc tout pour que le Christ vous trouve nets et irréprochables, dans la paix.
2P 3,13-14, à la prière du matin

C’est alors que je trouve justes les paroles des militants cégétistes disant que pour se faire écouter des décideurs politiques il faut les toucher en portant atteinte à l’économie. C’est le seul moyen face à un mode d’agir qui vise la croissance économique au bénéfice des actionnaires et non le développement des valeurs humaines.

Certes, disait un jeune dans une manifestation, il n’y a pas que les droits acquis à défendre, il y a aussi tous les droits non encore reconnus.

Autrement dit, l’Europe à construire n’est pas celle de l’Argent, mais celle de l’Humain. Pour en prendre le chemin, une révolution contre le pouvoir de l’économisme est ce qui devrait triompher dans la rue malgré les paroles d’un président oublieux de ses engagements fondamentaux socialistes, humanistes.

Relisant ce matin le programme du Secours Catholique qui fête aujourd’hui le 70ème anniversaire de sa naissance, je me dis que le langage de cette instance offre vraiment du nouveau. Sans négliger l’importance de l’acte caritatif, humanitaire, ponctuel dans l’urgence, il s’engage dans une prise de position qui touche les racines des problèmes d’injustice.

En marche pour un monde plus juste et plus fraternel.

Désormais, le Secours catholique avec d’autres ose saisir la justice, via un référé-libéré, pour contraindre l’État à prendre des mesures d’urgence afin d’améliorer les conditions de vie des migrants de la « jungle » de Calais, le camp toléré par l’État. Le tribunal administratif de Lille a rendu son jugement imposant à l’État et à la Ville de Calais de prendre rapidement des mesures pour améliorer les conditions de vie des migrants.

Cette action fondamentale rejoint l’appel à la conscience que tous les cercles de silence lancent chaque mois sur les places publiques. Le Secours Catholique de Lyon tiendra aujourd’hui un cercle de silence (15 h 30-16 h) où sera porté ce message :

Dans cette journée particulière, nous faisons silence en solidarité avec toutes les personnes qui vivent des situations de détresse, de pauvreté, d’isolement, de souffrance.

Nous sommes blessés, meurtris par les déchirures familiales. Par tous ces enfants qui n’ont pas la chance de vivre avec leur père et leur mère. Par les violences au sein même des familles.

Nous sommes blessés, meurtris, par les excès d’une économie qui produit suffisamment de richesses pour que chacun vive bien, mais qui les répartit de manière trop inégale. Qui laisse trop de personnes sans travail, sans les moyens d’une existence digne.

Nous sommes blessés, meurtris, par les guerres, les persécutions, le fanatisme qui conduisent tant de personnes à se déplacer, à migrer loin de leur maison, de leur pays.

Nous sommes blessés, meurtris quand dans nos groupes, dans nos équipes nous vivons des tensions, des divisions que nous ne souhaitons pas et face auxquels nous nous sentons démunis.

Mais si nous sommes réunis, c’est pour témoigner qu’au quotidien nous sommes unis et engagés, tous ensemble, pour la fraternité, l’accueil, la dignité. Et pour témoigner avec tous les acteurs de solidarité qu’à chaque fois que nous nous écoutons vraiment les uns les autres, alors se met en place un processus de changement, un processus qui permet à chacun de mettre en valeur ses talents, de retrouver sa dignité, sa place. Voilà la grande richesse que nous vivons dans nos équipes, nos groupes, nos accueils.

Atteindre l’économie en sa source énergétique s’avère nécessaire pour une gouvernance au service de l’humain et non du capital

Publié dans Politique

Commenter cet article