Afin d’assurer le service de l’Évangile auprès des éloignés, nous travaillerons manuellement partageant ainsi la condition des pauvres

Publié le par Michel Durand

Antoine Chevrier, en attente de la fête du 10 décembre, anniversaire de la fondation de la famille pradosienne

Antoine Chevrier, en attente de la fête du 10 décembre, anniversaire de la fondation de la famille pradosienne

À ma dernière rencontre avec des prêtres et frères du Prado de Lyon, récollection trimestrielle, ayant médité et échangé sur les pactes des catacombes, nous avons décidé d’écrire à notre tour dans cette même ligne. Je dois rédiger un texte commun -j’espère y arriver- que nous publierons le 10 décembre, jour de la fête-anniversaire de la fondation du Prado par Antoine Chevrier.

J’apporte aujourd’hui le texte d’Alexis.

- a) dans le Pacte des Catacombes du16 novembre 1965, j’ai accueilli avec ce groupe d’évêques, la grâce de s’engager à servir les plus faibles et ceux que le Seigneur appelle à évangéliser, les pauvres et les ouvriers en partageant la vie ouvrière et le travail sans exclusion d’autres personnes ou groupes (cf le n°9 de ce pacte) et dans le contexte actuel pas favorable.

Ça rejoint ce que dit le n°44 de nos Constitutions en finale.

« Une seule chose est nécessaire : annoncer Jésus-Christ aux pauvres.

Pour travailler comme Jésus et avec Jésus à l’annonce du Royaume aux pauvres, « nous choisirons de préférence la compagnie des pauvres ».

La solidarité avec les pauvres nous fait donc partager leurs aspirations, leurs initiatives pour survivre et leurs luttes pour la justice.

Nous sommes témoins de leur capacité à prendre des responsabilités dans le monde et dans l’Église. Ensemble, nous nourrissons notre espérance des signes de l’Esprit que nous percevons dans leur vie. C’est l’Évangile que nous voulons partager avec eux.

Pour rencontrer en vérité les plus pauvres et les marginalisés de nos sociétés, les non-croyants et les plus éloignés de l’Église et de la foi en Jésus-Christ, nous n’hésiterons pas, avec l’accord de notre évêque, à nous livrer à des formes nouvelles d’apostolat, en ayant le souci de les enraciner dans l’Évangile et la tradition vivante de l’Église.

Afin d’assurer le service de l’Évangile auprès de certains groupes humains, nous nous proposerons au besoin pour travailler manuellement et partager ainsi la condition des pauvres, là où, avec l’approbation de l’autorité compétente, ce ministère est jugé opportun. C’est pour assurer ce service de l’Évangile que « l’Église a envoyé en mission apostolique parmi les travailleurs, des prêtres qui, en partageant intégralement la condition ouvrière, veulent y être témoins de sa sollicitude et de sa recherche. »

À cause de l'Évangile et de nos solidarités avec les pauvres, nous acceptons de devenir, en communion avec le Christ, des signes de contradiction, vivant, dans la foi et l'humilité, l'incompréhension, la perte de notre réputation et même la persécution ».

 

- b ) dans le Pacte des Catacombes de 2019 avec ce que le pape François dit des peuples d’Amazonie, c‘est important, dans notre propre pays de rejoindre « ceux qui portent de lourdes croix », « en attente de consolation libératrice de l’Évangile » et de « avec eux et pour eux, marcher ensemble »

 

- c ) je voudrais aussi souligner mon accord avec la réflexion du père Ancel sur l’appel des fidèles laïcs à la perfection évangélique et la conversion à laquelle cet appel nous convie. Nous avons plus vu les laïcs au service de notre mission (au plan matériel et même au plan spirituel) au lieu de nous voir, nous, serviteurs de leur mission propre indispensable, là où ils sont.

 

 

2) J’appuie ces trois points à partir de mon expérience actuelle d’éducation populaire de base (pour reprendre le thème de la rencontre diocésaine d’hier d’ACO…) jusqu’au niveau de la foi…

  1. à partir de la maison de retraite où je suis qui est en pleine évolution : passage d’une maison de Frères âgés à une maison de personnes âgées ouvertes à tous.

Le personnel de service (cuisine, ménage, lavage) est constitué de femmes venant d’ailleurs (Madagascar, Réunion, Antilles, Maghreb, Djibouti).

Une de Djibouti est venue me trouver après une modification de ses horaires de travail pour ne pas voir diminuer son salaire. Ça nous a amener à une série de démarches, même au plan syndical. Elle a obtenu un avenant à son contrat qui la satisfait.

 

b) à partir d’un jardin solidaire, géré par le Secours Catholique

  • une personne arrivée à la retraite a cherché à se rendre utile. Elle a contacté le Secours Catholique qui l’a envoyée comme bénévole au jardin solidaire « J’aime la terre ». Ça me plaisait, mais je voulais aussi aider les autres.

Ce jardin donne une activité, un certain travail à des gens de la rue, sans travail, ayant des problèmes de santé, certains venant de l’étranger.

J’essaye de reprendre avec cette personne, Marie Françoise, la faire parler sur ces gens qu’elle rencontre là, leurs réactions, leur évolution.

Je l’ai invitée à une équipe ACO où elle se trouve à l’aise.

Mais, ce qu’il faut du temps pour la faire s’exprimer sur ces gens ! Il ne s’agit pas de faire une enquête. Il s’agit de s’intéresser à leur passé, leur vie actuelle, les aider ; mais aussi recevoir d’eux.

 

 

3) Ce que je vis là n’est pas sans lien avec l’Évangile avec le regard porté sur Jésus et sa pauvreté et sa présence aux pauvres.

Par exemple : la relecture de la veuve de Luc et de ses deux piécettes jetées dans le tronc du Temple et ce que ce texte me dit de la pauvreté de Jésus Christ (Luc 21,1-4).

  1. Jésus enseigne dans le Temple et lève les yeux pour voir les gens riches mettre leurs offrandes dans le tronc.

Ils sont bien visibles. En 20,46. Il les a vus « en grandes robes », « aux premières places », « faire de longues prières pour se faire voir » et « dévorant les biens des veuves ».

Il voit et dénonce une injustice criante.

La pauvreté de Jésus n’est pas sans un combat pour la justice. « Il faut, disait Antoine Chevrier, être pauvre pour lutter contre le monde, le luxe » (Véritable Disciple p. 519).

2) Jésus voit AUSSI. (« Il faut entrer dans les petits détails de chaque fait de l’Évangile » VD 514). Jésus pauvre voit ce que les autres ne voient plus, celle que l’on ne voyait plus, la veuve. « Une pauvre veuve ». Veuve, c’est déjà parmi les situations les plus pauvres, dans la Bible. Or, là on parle d’une veuve misérable. Jésus la voit, elle, avec ses deux petites pièces, difficiles à voir, qu’elle dépose dans le trésor.

3) Jésus pauvre voit une pauvre veuve et il la fait voir à ses disciples. Il est formateur des disciples pauvres (en 20,45). Il déclare aux disciples… Là, il les forme à regarder les pauvres comme il les voit.

4) Il fait voir LA RICHESSE de ce que donne, partage la pauvre veuve. Il insiste : « EN VÉRITÉ », je vous le dis, avec ses deux piécettes, cette pauvre veuve a mis plus qu’EUX TOUS. »

Pour voir cette richesse du pauvre, comme Jésus, il faut vraiment être pauvre soi-même d’une très grande pauvreté. Être au même niveau que les pauvres.

« À l’égal de Dieu… il s’est fait à l’égal des hommes » (Phil 2,7), à l’égal des derniers des hommes, les esclaves (Eph 2,8). Cf le lavement des pieds. À l’égal de la veuve, de la richesse de sa pauvreté. Saint Paul écrira de Jésus  : « de riche qu’il était il s’est fait pauvre pour nous enrichir par sa pauvreté.(2 Co 8,15).

5) Enfin Jésus voit la pauvre veuve et la fait voir , comme LE SIGNE, l’image vivante de ce que lui, Jésus est lui-même, de sa pauvreté, à lui. « Comme elle, de son indigence a donné tout ce qu’elle avait pour vivre », Lui, qu’on a voulu exclure de son domaine (hors de son vignoble Luc 20,15) et le faire disparaître -le tuer- il a offert sa vie entière à son Père, pour le Salut de tous les hommes.

 

Ma conclusion : en fait, j’ai bien aimé au cours de cette méditation vécue entre pradosiens lyonnais d’avoir revécu l’invitation qui nous était faite de méditer sur la pauvreté de Notre Seigneur Jésus-Christ, sa présence aux pauvres à partir de Luc 21, 1-4 : une veuve dépose deux pièces dans le tronc du Temple de Jérusalem.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article