Exposition des œuvres de Pierre Darphin

Publié le par Michel Durand

Un combat pour l'homme

dans la ligne du Christ


Cette rétrospective des œuvres de Pierre Darphin dans ce beau lieu qu’est l’espace Confluence est une manière de rendre justice au travail de ce prêtre que j’ai connu dans les années 1970 à la paroisse St Irénée-St Just. Ordonné en 1950 à l’âge de 25 ans , il y a donc aujourd’hui 60 ans qu’il est prêtre.

Ce que j’ai connu de sa vie de prêtre est à l’image de sa peinture. Une vie de partage avec les exclus et les plus pauvres, des visages et des corps abîmées par la misère  C’est dans cette réalité humaine assumée au côté des sans papiers, des immigrés, des sans logement qu’est dévoilée la présence du Royaume de Dieu.

Les années qui ont préparé le concile et qui l’ont suivi invitaient à ne pas se satisfaire d’un discours religieux qui n’assumerait pas toutes les réalités humaines, même  les plus difficiles.

Toute la peinture de Pierre Darphin est peuplée de cet ensemble de présences qu’il a côtoyées avec l’ACO et  les différents collectifs auxquels il a appartenu. Dans son quotidien, bousculé par ces rencontres, qui sans doute aussi le poussaient parfois à la déprime,  la peinture était pour lui  une manière d’interroger cette réalité humaine difficile et de dire que malgré la violence et la cruauté entre les humains la beauté est possible, même si elle nous apparaît comme une énigme.

C’est François Cheng qui écrit dans Cinq méditations sur la beauté : « Je suis persuadé que nous avons pour tâche urgente, et permanente, de dévisager ces deux mystères qui constituent les extrémités de l’univers vivant : d’un côté le mal, de l’autre la beauté »

Pierre Darphin, prêtre et artiste avant le souffle de Vatican II et dans le souffle de Vatican II nous laisse un beau témoignage de ce que fut pour lui l’acte de peindre : un chemin de Damas, parfois un chemin de croix, mais aussi sans aucun doute un chemin d’Emmaüs.

 

Gilbert Brun


Publié dans Art

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article