Modèle plus pour l'attachement à Dieu que pour sa structure familiale : famille pilier de la société, famille où tout baigne, hors PMA/GPA

Publié le par Michel Durand

Les prêtres-peintres gardent vivant l'art religieux, ici, une bible en peau de chévre. Olivier Grunewald

Les prêtres-peintres gardent vivant l'art religieux, ici, une bible en peau de chévre. Olivier Grunewald

source de l'image

Celui qui craint le Seigneur honore ses parents (Si 3, 2-6.12-14)

Heureux qui craint le Seigneur et marche selon ses voies ! (Ps 127, 1)

Vivre ensemble dans le Seigneur (Col 3, 12-21)

« Prends l’enfant et sa mère, et fuis en Égypte » (Mt 2, 13-15.19-23)

 

 

La tradition liturgique nous invite en ce jour à méditer sur la Sainte Famille. Joseph, Marie et Jésus sont proposés à l'humanité entière comme modèles. Cette Famille de Nazareth devient l'exemple de toutes les familles. Est-ce vraiment le modèle que les familles du monde entier peuvent suivre ? Il me semble difficile d‘aborder la question en oubliant ceux qui vivent actuellement dans des territoires menacés par les bombardements, les inondations, les guerres tribales ou de voisinage, le terrorisme. Nombreuses familles sont en danger de mort dans l’indifférence de nos riches pays qui, pour assurer leurs conforts matériels demeurent aveugles et sourds, malgré les appels de l’ONU.

 

Famille modèle ? Modèle. étrange

Une jeune femme, épouse qui demeure vierge. Un homme, époux qui n'a jamais connu son épouse. Un seul enfant, Jésus, dont Joseph, le père n'est pas le père.

Joseph, du reste, se posa tellement de questions qu'il chercha à renvoyer sa promise le plus discrètement possible (Mt 1,19). L'évangéliste Matthieu nous apprend que, pour ne pas diffamer publiquement Marie, Joseph chercha à la répudier secrètement. Mais Dieu intervient pour lui faire comprendre qu'il doit garder avec lui, sans crainte, Marie, désormais son épouse.

Joseph obéit. Marie aussi obéit.

Elle suit Joseph. Selon l’évangéliste Matthieu, après la visite des Mages venus d’Orient, ensemble, ils quittent le pays pour l'Égypte afin d’échapper au massacre perpétré par Hérode. Massacres des saints innocents. Ensemble, ils reviennent en Palestine pour s'installer à Nazareth dans la région de la Galilée.

Parlons de Joseph (Cf André Sansfaçon).

C’était un homme fort physiquement, car tout charpentier devait avoir une bonne musculature pour faire ce métier. Nous avons vu dans sa délicatesse vis-à-vis de Marie qu’il n’avait pas seulement des qualités physiques. Il était un homme intelligent et de bon jugement. Il avait en effet pris conscience que les prophéties dites à l’égard de l’enfant à venir se réalisaient en Jésus. Il était donc attentif à tous les signes qui se manifestaient. Il était aussi très préoccupé par Hérode le Grand, roi de Judée de -37 à 4 de notre ère, qui semblait trop intéressé à l’enfant. Il faut effectivement savoir qu’Hérode était d’une méfiance maladive à l’égard de tous ceux qui pouvaient faire ombrage à son pouvoir. Il avait fait tuer son beau-frère Aristobule et même ses enfants, par crainte de perdre son trône. Un enseignement historique de ce que l’on observe trop souvent au sien des hommes de pouvoir qui, se croyant au-dessus des lois, n’hésitent pas à se compromettre dans des actes de corruption.

Matthieu n’explique pas comment a pu se faire cette migration en Égypte. Avec quel argent, par quel chemin ? Nous ne savons pas. Matthieu a seulement le souci de montrer que Jésus s’est inscrit dans l’histoire humaine et que l’événement en Égypte rappelle Moïse qui avait assuré le salut d’Israël tout comme Jésus assurera le salut des hommes (Cf Père André Sansfaçon).

 

Famille modèle donc ! Reprenons ce thème.

La première lecture place sur ce terrain.

Le Seigneur glorifie le père dans ses enfants, il renforce l’autorité de la mère sur ses fils. Celui qui honore son père obtient le pardon de ses péchés, celui qui glorifie sa mère est comme celui qui amasse un trésor.

Modèle, plus pour l'attachement à Dieu que pour une structure familiale type : famille pilier de la société, famille sans problème, famille où tout baigne dans la normalité, famille assurément hors PMA / GPA. Voilà un débat sociétal que nous ne pouvons éviter, mais pour lequel nous ne sommes peut-être pas encore prêts.

La famille composée de Marie, Joseph et Jésus, ne domine pas la situation. Ils n'ont pas tout prévu. Ils ne comprennent pas tout. « Le père et la mère de l'enfant étaient étonnés de ce qu'on disait de lui ». Plus tard, quand l'enfant aura douze ans et qu'il resta seul dans le Temple, sans permission, Marie dira « Mon enfant, pourquoi as-tu agi de la sorte avec nous ? Vois, ton père et moi nous te cherchons, tout angoissés ». Jésus répondra : « Ne saviez pas qu'il me faut être chez mon Père ? » Mais eux, les parents, ne comprirent pas. Tant pis, ils vivent quand même.

Cette famille est modèle parce qu’entièrement ouverte à l'inattendu voulu par Dieu. Cette famille est modèle parce qu’entièrement confiante à la volonté de Dieu. Une confiance sans faille à Dieu. Que Dieu soit toujours fidèle, fait qu'ils ne peuvent pas désespérer devant l'incompréhensible qui leur arrive. Ils mettent toute leur espérance en Dieu qui conserve envers son peuple un amour et une fidélité totale. Voilà pourquoi ils sont modèles. Confiance et attachement à la volonté de Dieu sur eux. Foi absolue en ce que Dieu veut pour eux et pour toute l’humanité.

Suivons ce modèle. Nous nous trouvons sur le terrain de l’espérance sans faille développée à la nuit de Noël.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article