Tu t'es élevé contre le Seigneur du ciel ; on a apporté devant toi les vases de sa maison, et princes, femmes, concubines, vous y avez bu

Publié le par Michel Durand

Jean Monet, Biennale d'art sacré actuel : Fragiles

Un expression biblique

daniel-monnet.jpg

Les vases du Temple désacralisés par l’orgie : le sacrilège donne le signal de la prophétie ; les vases sacrés apparaissent dans le rayonnement de leur sacralité, au milieu de la composition et bousculent ou repoussent tout le reste. La vaisselle du banquet est renversée.
Le visage du roi déjà disparait dans l’ombre en haut à gauche. Reine et favorites sont également représentées  sur la gauche.
Les dignitaires, au nombre de trois, clone portant l’uniforme, eux aussi s’assombrissent, représentés dans des couleurs froides (premier plan un peu sur le droite).
Quand une main trace les paroles de ce qui va advenir (main double, main éternelle et main temporelle) c’est que sonne l’heure du jugement ; les œuvres humaines qui se croient établies, les royaumes et les empires, ou simplement les choses instituées sont bien fragiles.
Le visage du Prophète, dans la même chaleur de rayonnement, apparait entre deux flambeaux qui jettent la lumière sur son visage et une ombre fuligineuse sur les architectures  bousculées du palais du roi Balthazar.
Des éclats blancs sortent de l’ombre, traduisant le cheminement de l’esprit qui conduit  à l’expression des trois paroles suivantes, écrites sur un mur de la pièce du banquet :
‘’Mené Mené’’ c’est-à-dire ‘’Pesé, pesé’’ (ton âme a été pesée, jugée par Dieu)
‘’Téqel’’ c’est-à-dire ‘’Léger’’ (ton âme a été jugée légère, inconsistante)
‘’Ou pharsine’’ c’est-à-dire ‘’Divisé’’ (ton royaume en conséquence sera partagé, divisé, défait)
Ce qui signifie en substance   :’’Toi, grand roi, ton âme a d’ores et déjà été pesée, elle a été jugée légère, et ton royaume sera divisé.
Les armes de la division apparaissent, cimeterre tranchant et javelot, dans la composition en bas à droite.


Publié dans Art

Commenter cet article