Le nombre des étrangers demandeurs d’accueil augmente régulièrement, et continuera à augmenter, vu l’état du monde

Publié le par Michel Durand

Le nombre des étrangers demandeurs d’accueil augmente régulièrement, et continuera à augmenter, vu l’état du monde
Dans la ligne du texte précédent, j'ai, il y a quelques jours, envoyé ce courriel. Je pense que cet appel peut également trouvé sa place ici.
Chers amis,
 
L'Église, en publiant régulièrement les dates des deuxièmes mercredis de chaque moi (http://lyon.catholique.fr/?Cercle-de-silence), encourage les cercles de silence qui se sont déployés à travers la France pour appeler de manière non-violente une autre politique d’accueil des demandeurs d’asile et des migrants en France et en Europe.
 
Le cercle de silence de Lyon se tient sur la place des Terreaux depuis 2008.
 
Si le nombre des étrangers demandeurs d’accueil augmente régulièrement, et continuera à augmenter, vu l’état du monde, la législation concernant les étrangers reste aussi restrictive et même, sous certains aspects, se durcit. Devant cette situation, plusieurs se découragent et le cercle de silence de Lyon voit diminuer le nombre de ses participants : de 130 au début, il regroupe maintenant entre 60 et 80 participants, ce qui est peu pour une ville de l’importance de Lyon. Or, sa raison d’être demeure et nous sommes quelques-uns à souhaiter le relancer.
 
Pour cela, nous avons envisagé deux initiatives :
- une soirée publique, qui aurait lieu fin octobre ou début novembre.
- l’édition  d’une brochure regroupant des témoignages de participants, le témoignage d’Alain Richard, le franciscain de Toulouse à l’initiative du premier cercle de silence, et deux entretiens : celui de Jacques Walter, pasteur de l'Église protestante unie de France et de moi-même, car nous sommes de fait les chevilles ouvrières du cercle de Lyon.
 
Par ces initiatives, nous voudrions, outre l’affermissement du témoignage public du cercle de silence, permettre à des membres de nos communautés de réfléchir à ce que signifie cette venue constante d’étrangers ne parvenant plus à vivre là où ils sont nés, et comment cet afflux de souffrances en quête d’espoir d’une vie meilleure interroge notre foi et notre conscience.
 
Pour couvrir les frais inhérents aux initiatives que nous avons prévues, plusieurs membres des cercles de silence nous conseillent de réunir un fonds de soutien financier qui restera modeste, car nous avons prévu des dépenses modestes.
Les paroisses de Lyon, les communautés chrétiennes, les divers services diocésains... peuvent-ils envisager, sans se ruiner, d’investir chacun 10 ou 100 € pour nous permettre de couvrir nos frais ? Jacques Walter sollicite de son côté des lieux protestants sensibles à l’accueil des étrangers.
Le cercle de silence ne regroupe pas que des chrétiens, mais de fait, ils y sont majoritaires, et c’est donc naturellement à des frères et sœurs des Églises auxquelles nous appartenons que nous nous adressons.
 
En espérant que vous ne trouverez pas cet appel irrecevable, je vous assure de mes sentiments fraternels.
 
Michel Durand, reprenant la lettre de Jacques Walter. 
 

Publié dans Politique, migration, Eglise

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article