Que cette image fasse le tour du monde

Publié le par Michel Durand

Unknown.jpeg

 

Je pense que vous êtes dèjà nombreux à avoir lu ce message.

Le progrès technique doit-il toujours s'imposer au mépris des personnes ?

Pourquoi l'homme n'accepte-t-il pas l'urgente nécessité de limiter son exploitation de la terre ?

Adoration du dieu Kapital !

Merci de partager ce message et de signer la pétition.

J'ai beaucoup plus de respect pour un Guerrier qui protège la Vie -pour nous, pour nos enfants, nos petits-enfants et pour les générations futures- que pour une civilisation superficielle et ses intérêts personnels !
Pendant que les magazines et les chaînes de télévision parlent de la vie des célébrités, le Chef de la Tribu des Kayapo a reçu la pire nouvelle de sa vie : Dilma, la présidente du Brésil, a donné son approbation pour la construction d'une énorme centrale hydroélectrique (la 3ème plus grandes au monde).
C'est la sentence de mort pour tous les peuples vivant prêt du fleuve, car le barrage inondera environ 400 000 hectares de forêt. Plus de 40 000 Indiens devront trouver de nouveaux endroits où vivre. La destruction de l'habitat naturel, la déforestation et la disparition de plusieurs espèces sont des faits !
Ce qui me retourne l'estomac, me fait honte de faire partie de cette culture occidentale, est la réaction du Chef de Tribu des Kayapo lorsqu'il apprend la décision -son geste d'impuissance devant l'avance du progrès du capitalisme, une civilisation moderne qui n'a aucun respect pour les cultures différentes de la leur...

Mais nous savons qu'une image vaut mille mots, et montre le véritable prix à payer pour la "qualité de vie" de nos bourgeois.
Lien du site officiel Raoni se bat.
Habituellement, lorsqu'il se passe des monstruosités dans le monde, Avaaz m'envoie une demande de signature pour une pétition. Mais là, rien. Vous me direz qu'il ne s'agit que de 40 000 indiens… Evidemment, à côté de millions de personnes, ce n'est rien. Et pourtant ! Ces indiens sont les derniers de civilisations anciennes, leur mode de vie diffère profondément des nôtres et sont ancrés dans des valeurs que nous méprisons parfois, nous qui sommes si fiers de produire, fiers d'avoir de l'argent, fiers de progrès dont on se demande si nous avons vraiment raison d'en tirer un orgueil quelconque. Eux vivent encore simplement, ne connaissent pas les smart phones ou autre gadget indispensable mais leur vie est harmonieuse, dans une nature jusque-là préservée. Et au nom de quoi va-t-on leur enlever cela, les obligeant à partir, changer radicalement de mode de vie ?
Est-ce à dire qu'il n'y a plus dans notre monde de place pour ceux qui vivent différemment, que tout doit être aplani, que chacun, au nom de la mondialisation, doit perdre son identité, sa façon de vivre.
Je vous en prie, si cela vous indigne, copiez le texte ci-dessus et faites-le parvenir à tous ceux que vous connaissez ou cliquer sur le lien.


Publié dans capitalisme interrogé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

BrunoG 16/03/2012 17:29


C'est sur le site même que vous donnez dans votre article, où l'on signe la pétition : http://raoni.fr.


Si vous vous placez sur l'accueil du site où il y a les nouvelles : http://raoni.fr/actualites.php, et que vous descendez dans les anciens articles,
vous tomberez sur celui-ci :


Raoni ne pleure pas : il se bat !


 


 





 



L'équipe de raoni.fr tient à apporter des précisions à propos d'une photo de Raoni que nous reproduisons ici et qui a circulé avec une légende erronée dans le
monde entier ces derniers jours. Si l'on prend l'exemple du site Rue 89, il est indiqué dans leur article intitulé Le Brésil autorise un barrage géant : les larmes d'un chef indien : « Le chef
indien Raoni, de la tribu des Kayapos, pleure en apprenant que le Brésil vient d'autoriser mercredi la construction du barrage géant de Belo Monte, au cœur de l'Amazonie. » Le chef Raoni étant
dans son village au moment de l'annonce de la validation définitive du projet de barrage de Belo Monte par l’Institut brésilien de l’Environnement (IBAMA)., nous avons voulu en savoir plus
quant à la provenance de cette photo. Après enquête et selon nos informations, il s'avère que l'image a bien été détournée. Celle-ci aurait été prise en 2002 lors des obsèques du grand
indigéniste Olrando Villas-Bôas, ami et mentor du chef Raoni...

Michel Durand 17/03/2012 17:03



Merci.
j'ai bien vu et j'ai ajouté un autre article qui reprend votre commentaire.


A suivre donc.



brunoG 15/03/2012 13:11


Bonjour


Message personnel à propos de cette photo


Je me permets de réagir vite, même si je n'ai pu la source de mon information. J'ai appris que cette photo avait été détournée. Elle ne représenterai pas le chef Roani lorsqu'il apprend la
décision de la fabrication de la centrale hydro éléctrique, mais au cours d'une cérémonie de deuil d'un autre chef. Le chef Roani aurait lui-même demandé que l'on cesse cette confusion, d'abord
parce qu'elle ne reflête pas la réalité, et ensuite, parce qu'il ne se sent pas du tout abattu, mais très combatif au contraire sur cette question.


 


Merci encore pour la qualité de votre blog


 


Bruno

Michel Durand 16/03/2012 17:19



Vous souligner les dangers d'internet. Il est désormais trop facile de donner de la désinformation ; et une photo n'est plus la preuve de la réalité. Diable que photoshop... tout ce qu'il peut
faire.


Je suis curieux de savoir comment vous avez pu apprendre le étournement de cette photo. Le site sur laquelle elle est publiée semble pourtant très professionnel. D'une belle rigueur.