L’œuvre de conversion ne peut se faire sans notre participation. À nous de mettre en œuvre la miséricorde de Dieu. Avec tendresse

Publié le par Michel Durand

Jean-Baptiste debout par Le Greco, 1600

Jean-Baptiste debout par Le Greco, 1600

source de l'image

« Préparez le chemin du Seigneur » (Is 40, 1-5.9-11)

PSAUME 84 (85), 9ab.10, 11-12, 13-14
R/ Fais-nous voir, Seigneur, ton amour, et donne-nous ton salut.

« Ce que nous attendons, c’est un ciel nouveau et une terre nouvelle » (2 P 3, 8-14)

« Rendez droits les sentiers du Seigneur » (Mc 1, 1-8)

Jean Baptiste proclamait un baptême de conversion : Convertissez-vous ! 

Je transpose à maintenant : Convertissons-nous. Pour cela, que devons-nous modifier dans nos vies ?

La réponse à cette question est nécessairement modelée à l’actualité que nous vivons. Voici quelques flashs.

1 - La ville de Lyon célèbre sa fête des Lumières. « Chaque année, éclairagistes, designers, vidéastes, architectes, graphistes, artistes plasticiens, mais aussi compagnies de spectacles de rue, proposent des installations inédites et surprenantes. » Jusqu’à l’internationale, Lyon a réussi son rendez-vous. 
2 - Avec succès pour un public précis, l’Église catholique à Lyon s’efforce de maintenir le sens originel du 8 décembre : « Les illuminations du 8 décembre sont liées au culte de la Vierge Marie, dont la colline de Fourvière est le haut-lieu »
3 - Jean d’Ormesson a dit : « Croire en Dieu, on aurait tord de s’en priver ».
4 - Johnny Halliday, dot on connait la vie mouvementée, fiscalement obscure, à propos de ses chansons citant Jésus Christ disait : « On peut me faire ce qu’on voudra, je resterai chrétien. Je suis sûr que Jésus, lui, ne m’en veut pas. Il sait que je n’ai pas voulu l’insulter ni le tourner en dérision, et cela seul compte pour moi. »
5 - Donald Trump. Écoutons ce qu’en dit François : « Je ne peux taire ma profonde inquiétude pour la situation qui s'est créée ces derniers jours, autour de Jérusalem… J’adresse un appel vibrant pour que tous s'engagent à respecter le statu quo de la ville, en conformité avec les résolutions pertinentes de l’ONU ».
6 - À Lyon, les associations d’aide aux migrants découvrent, une fois de plus, que l’État français refuse de réquisitionner les bâtiments vides, dont l’ancien foyer St Grégoire dans le 7ème, pour y loger des sans toits. Une soixante de jeunes se trouve ainsi à dormir dans la rue. Et nous avons tous vu les familles et les tentes de camping place Nelson Mandela.

J’ai conscience d’avoir été long avec cette énumération ; je n’en excuse. Et je sais que l’on peut me dire qu’une homélie n’est pas faite pour dérouler l’actualité. Mais, que faire, que dire si nous souhaitons nous mettre concrètement à la suite de Jésus présent à ce monde. Le fils de Marie ne marchait-il pas dans les villes, villages et campagnes de son pays pour y rencontrer les gens, soulager leurs maux, apporter sa Bonne Nouvelle ?

Conscients de l’actualité, vivons l’Avent, l’attente de la venue de Dieu en notre monde, dans une tension vers la sainteté. 

Oui, nous sommes tous appelés à la sainteté comme l’indique le catéchisme catholique (N° 1533). Je cite : « Le baptême, la confirmation, et l’Eucharistie sont les sacrements de l’initiation chrétienne. Ils fondent la vocation commune de tous les disciples du Christ, vocation à la sainteté et à la mission d’évangéliser le monde ».
Notons bien que l’appel à la sainteté n’enferme pas dans une chapelle pieuse où l’on ne ferait que prier pour sauver son âme. La vocation à la sainteté contient l’appel à évangéliser le monde. Devenir saint pour être missionnaire, envoyé au monde afin de le conduire à Dieu. 

Jean-Baptiste, prophétiquement, dramatiquement selon le genre apocalyptique, nous provoque à cette double tâche : se sanctifier, être sanctifié et être envoyé. 

À de jeunes séminaristes, Antoine Chevrier écrivait ceci en 1857 : « Il faut que vous sentiez déjà dans votre âme ce désir de devenir des saints afin de pouvoir sanctifier les autres ; car, pour sanctifier les autres, il faut être saint soi-même ».
Cette phrase nous est adressée à tous, à l ‘ensemble des baptisés. Elle s’inscrit dans la ligne de la prédication de Jean-Baptiste.

Alors, produisons un fruit qui exprime notre conversion.

Grâce à Dieu, nous serons donc tous saints. Grâce à Dieu, mais aussi grâce à notre travail. Travail sur nous et travail sur le monde. C’est par nos actions, avec l’aide de Dieu, que les problèmes du monde sont aplanis. Autrement dit, pour que l’homme soit « saint » (don de Dieu), pour que l’homme soit sanctifié, il faut retrousser ses manches. C’est ainsi que nous pourrons répondre positivement à l’invitation d’aplanir les routes. Dieu ne peut rien faire pour nous, sans nous. Concrétisons alors, dans les lieux qui sont les nôtres, l’engagement de toute l’Église à améliorer le monde. Baptisés, préparons la venue du Seigneur en produisant, même dans notre tout petit coin, un maximum de bonheur, de respect, d’amour.

Traçons une route. C’est un ordre que nous recevons

Traçons donc une route pour nous rendre à la rencontre du Seigneur qui vient à notre rencontre. Il vient nous consoler, nous rendre la vie, le bonheur. Il vient, non seulement pour un progrès personnel dans la foi, une rencontre dans l’intimité de la prière, mais pour que l’univers entier : monde minéral, végétal, animal, humain soit transformé. Et cette œuvre de conversion ne peut se faire sans notre participation. À nous de mettre en œuvre la miséricorde de Dieu. Avec tendresse. Comme Dieu agit envers nous, respect de la liberté de chacun, ainsi nous devons agir envers les autres. Nous ne pouvons pas contraindre les gens à recevoir le bonheur qui nous vient de Dieu, mais les inviter.

Aujourd’hui, le terrain, sur lequel nous sommes conduits à agir, semble être celui où triomphe, mondialement, l’économisme. Ce regard sur le monde a un tel pouvoir qu’il transforme l’argent, de simples outils d’échange (ce qu’il est), en un dieu omnipuissant, garant d’un art de vivre productiviste, sécuritaire, créant des « sans-papiers » et ignorant les habitants pauvres des pays pauvres.

Enfin, rappelons-le, ce n’est plus Jean-Baptiste qui nous exhorte à une action vigilante, mais le Christ lui-même :« Lui vous baptisera dans l’Esprit Saint ». 

Et je repense à Johnny Halliday revêtant une dimension apocalyptique. Allumer le feu. Allumer le feu !
Jean-Baptiste : « Quant à la paille, il la brûlera dans un feu qui ne s’éteint pas »
Que la parole effrayante du prophète Jean, dans l’effroi imaginaire qu’il produit, nous maintienne dans la vigilance. Et il faudrait, suite à notre conversion, que le monde nous voyant vivre puisse dire ce que Claude Lelouch dit du défunt chanteur : « Si le public s’est jeté sur lui, c’est qu’il y a, chez lui, du divin. »

Que le divin, qui est en nous dans le sens de notre baptême, se voit en chacune de nos actions ordinaires afin d’attirer vers le Royaume toutes personnes rencontrées. Notre sainteté.

 

Publié dans Eglise, Prado, évangile

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article