Plan(s) d'église et théologie(s) ou ecclésiologie(s) selon les époques

Publié le par Michel Durand

Grâce à l’étude et à la rédaction des pages de « Lyon sacré » pour la partie XXe siècle qui me concernait, j’ai pu confirmer comment la théologie ou l’ecclésiologie d’une époque se traduisait dans le bâtiment église.

2010-2011-0058.jpg

église de la Trinité (8e)


Je dis « confirmer », car cette réflexion est, depuis longtemps, l’objet de cours en iconographie chrétienne que je donne régulièrement. Cette année 2010-2011, je pose l’accent sur la construction de l’espace « église » :

« La liturgie et son organisation dans l’espace donnent à voir les places respectives qu’occupent clergé et peuple de Dieu (les fidèles du Christ) à l’intérieur d’une église. En étudiant les bâtiments et leurs décors : sanctuaire, chœur, nef... que les chrétiens se sont donnés au cours des siècles, nous aurons une idée de la constitution de l’Église.

> Voir la proposition faite à Saint Bonaventure.

Ainsi, en photographiant les églises de la région lyonnaise, j’ai observé que le début du XXe demeurait très marqué par les besoins sociaux du XIXe. Les bâtiments paroissiaux devaient contribuer à l’accueil des familles pauvres, l’éducation des enfants, les loisirs. Cela a donné la cité paroissiale comprenant certes une église et un presbytère, mais aussi des écoles, des terrains de sport, des salles de jeu (patronage), un théâtre, voir aussi une maison de retraite pour personnes âgées. Cf Les citées de l’Abbé Rambaud.

Avant 1910, l’influence néo-romane, néo-gothique du XIXe siècle se fait nettement sentir. Saint-Augustin dans le 4e arrondissement, édifice néo-paléochrétien, en est une preuve évidente.

Après la Première Guerre mondiale, on se lance dans des créations architecturales plus audacieuses ; par exemple, à la Sainte Famille de Villeurbanne dans les années 20, Saint-Antoine de Gerland dans les années 30. Cette dernière est très typique du style « art déco ».

Les églises de la reconstruction après la Seconde Guerre mondiale, les années 50, limitent l’espace voué à l’humanitaire. Salles de catéchisme, théâtre prennent souvent place contre l’église elle-même, le terrain, alloué à cette construction étant plus petit. Le sanctuaire, majestueux, imposant libère de l’espace au clergé. Il siège sur une véritable tribune digne de l’art socialiste ; les matériaux sont plutôt nobles. Un certain triomphalisme se dégage des constructions de cette époque. On peut compter sur l’argent de l’État pour les dommages de guerre ; par exemple à Saint-Michel (7e), à L’Annonciation (9e).

2010-2011-0112.jpg

église de l'Annonciation


Viennent enfin les églises des années 60. Elles répondent à un besoin pastoral occasionné par l’accroissement de la population à la périphérie des villes. Elles dépendent d’une ecclésiologie où les prêtres ont réalisé l’impact de la déchristianisation. L’Église s’adresse à une « France, pays de mission ». Il importe que l’apôtre soit au centre de son peuple. Telle est l’audace des plans centrés du troisième quart du XXe siècle. Tendance liturgique, autel au milieu des fidèles, qui sera confirmée par le concile Vatican II. Ces églises sont plutôt réalisées avec des matériaux pauvres ; le financement dépend des fidèles eux-mêmes qui prennent place autour de l’autel, symbole du Christ sauveur, l’unique grand prêtre. Voir l’église du Plateau de la Duchère (9e arrondissement) ou la Sainte-Trinité (8e).

2010-2011-0127.jpg

église du plateau, la Duchère


La fin du XXe et le début du XXIe siècle, selon les quelques exemples existants semblent revenir à une conception architecturale moins collégiale, une ecclésiologie plus ecclésiastique. Le lieu des prêtres, situé au fond d’un plan basilical, est séparé des fidèles par une marche. Ainsi la chapelle du tout nouveau séminaire.

2010-2011-0689.jpg

chapelle du séminaire

 

Pour en savoir plus : lire ce livre :

Lyon sacré.

lyon-sacre.gif



Publié dans Art

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Olivier C 08/11/2010 09:32



"La fin du XXe et le début du XXIe siècle, selon les quelques exemples existants semblent revenir à une conception architecturale moins collégiale, une ecclésiologie plus ecclésiastique. Le lieu
des prêtres, situé au fond d’un plan basilical, est séparé des fidèles par une marche. Ainsi la chapelle du tout nouveau séminaire."


 


Je ne pense pas que la collégialité soit mise en cause ici, je verrais plutôt ce concept comme un retour à une conception orienté de la liturgie...


 


PS : "une ecclésiologie plus ecclésiastique", remarquons le pléonasme, ne sommes nous pas tous "ecclésiastique" ? Oui je sais : le terme a glissé depuis les années 50...



Michel Durand 08/11/2010 20:38



Je suis totalement d'accord sur votre remarque du pléonasme. Il ne fallait pas écrie "eclésiastique" mais cléricale. Une ecclésiologie plus cléricale.


Votre site est d'une grande beauté, une superbe iconographie et de nombreux documents d'Eglsie présentés ensemble ce qui en facilté l'accès. Bravo. Je vais y revenir.