Regardons les hommes de la Terre. Ils sont frères, mais ils se font la guerre, tantôt avec des armes, tantôt avec taux financiers assassins

Publié le par Michel Durand

Regardons les hommes de la Terre. Ils sont frères, mais ils se font la guerre, tantôt avec des armes, tantôt avec taux financiers assassins

Habituellement, je rédige ce poste le dimanche, peu de temps après l’eucharistie célébrée en l’église Saint-Polycarpe des pentes de la Croix-Rousse à Lyon. Mais, hier, j’avais la joie d’accompagner dans Lyon un ami du Nigeria qui était venu me rendre visite. Alors, vous comprenez mon retard. Je pense que je parlerai un jour de sa visite, par exemple en présentant son livre qu’il m’a offert avec un petit mot de sa main ; ce qu’on appelle une dédicace.

Nous avons donc concélébré l’Eucharistie et ce fut d’une grande signification dans notre désir de rendre visible une Terre peuplée de frères. Il faut dire cela quand triomphe la peur de l’étranger.

Comme toujours, l’ensemble de l’homélie, texte et son, se trouve sur le site de la paroisse lyonnaise de St Polycarpe des pentes de la Croix-rousse.

En voici un passage :

« Il nous faut éclaircir ce que signifie cette phrase : C’est ainsi que le Christ est mort pour les péchés, une fois pour toutes : lui, le juste, il est mort pour les coupables afin de nous introduire devant Dieu. Regardons la Terre. Les scientifiques disent, preuves à l’appui, qu’il n’y a plus assez de sable dans les rivières et dans les mers pour construire des immeubles. Or, les hommes continuent à construire et même encore plus qu’avant et toujours plus haut. Les techniciens reconnaissent que les glaces polaires fondent et que l’eau des océans s’élève. Ils parlent de réchauffement climatique à cause de l’usage que nous faisons des voitures, des climatiseurs, des avions. Et nous continuons comme si de rien n’était. Regardons les hommes qui habitent la Terre. Ils se disent frères, mais ils se font la guerre, tantôt avec des armes, tantôt avec des réserves de nourriture ou des taux financiers assassins, des dettes étranges, non remboursables. Regardons l’Europe. Jadis, elle colonisait le monde entier. Aujourd’hui, elle se barricade derrière des frontières techniques par crainte que les personnes des pays rendus pauvres suite aux colonisations viennent vivre près de leurs magasins. Regardons Dieu. Il veut la vérité, la justice, la fraternité. Or nous supportons le mensonge, la rivalité, l’injustice. N’est-ce pas là notre péché ? l’Esprit de vérité -Jésus le dit- le monde est incapable de le recevoir. Assurément, nous sommes ce monde pécheur quand nous nous complaisons dans le mensonge. »

Au moment de publier, je lis un courriel reçu hier et que je vous communique sans y ajouter de commentaire, sinon celui de l’appel à renforcer des cercles de silence pour que nous retrouvions l’intelligence de la mémoire. Du reste, dans la visite du Vieux-Lyon avec mon ami nigérian, je suis passe devant la boutique du potier Emmanuel Estève qui, par affiche manuscrite mettait en garde : n’oubliez pas, c’est en agitant la peur d’autrui, qu’Hitler prit le pouvoir. Ne soyons pas sans mémoire. Allez voter. Si les mots ne sont pas tout-à-fait ceux-ci, ils s’en approchent.

Les gens ont voté. Preuve de non mémoire ?

Et voilà ce qu’écrit Chantal :

Quelle honte ! Ils ont perdu la mémoires tous ces soit disant « RALEBOLISTES » un mot que j’ai trouvé ce soir. Ce qui s’est passé il y a 70 ans, ils sont prêts à le vivre ou le revivre. Il est vrai que l’on se fait bien (entuber) par nos soit disant « sauveur » et « décideurs » de tous bords. ALLEZ BONNE NUIT demain il fera jour. PS photo prise au parc tête d’or, lors des dialogues en humanité. Bises Chantal.

Regardons les hommes de la Terre. Ils sont frères, mais ils se font la guerre, tantôt avec des armes, tantôt avec taux financiers assassins

Publié dans Eglise, Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article