Visage nouveau pour l'Église.

Publié le par Michel Durand

Joseph Moingt

« L'accord entre le haut et le bas, la hiérarchie et les laïcs s'exprimera par mode de partage des tâches, non de compétition de pouvoir, sous la forme d'un dialogue par lequel passera la tradition de l'Église, de manière à manifester que la hiérarchie en et la gardienne authentique dans l'ordre de l'unité de la foi, mais que les laïcs en portent aussi la charge, celle de l'interpréter dans la diversité des cultures et le changement des temps. Réorganisée en espace dialogal, plutôt qu'en scène du sacré, en partenariat entre responsables ecclésiastiques et laïcs responsables plutôt qu'en échelons administratifs, l'Église se manifestera au monde sous un visage nouveau, celui d'un christianisme « d'appel » : à travers la mort d'un dépouillement du sacré et d'un partage d'autorité, luira l'aube d'une renaissance ».

Dieu qui vient de l'Homme,  Cerf, T 2, p. 835-836.

 

 

 


Publié dans Eglise

Commenter cet article

Sancho 04/05/2009 09:43

Si, c'était bien une demande d'explication, et je vous remercie.

Sancho 03/05/2009 00:21

"A travers la mort d'un dépouillement du sacré" (????)

Michel Durand 03/05/2009 18:09


Est-ce que les ????? montre une difficulté à comprendre (Joseph Moingt n'es pas toujours facile) ou un étonnement ? Votre phrase ne m'en dit pas assez.
Le sacré est païen, pré-chrétien. Jésus, dans son Evangile, nous demande de dépasser le sacré.
L'autorité n'est que communion et non pouvoir qui s'impose. Ce sont les baptisés conscients de la grâce reçue qui donnent un nouveau visage à l'Eglise. Jean XXIII alla dans ce sens en ne portant
plus la tiare.
Mais je coute que vos ???? soient une demande d'explication.

Amitiés.