L'Eglise tournée sur elle-même

Publié le par Michel Durand

Hier, alors que je voulais rendre compte, avec l’appui de quelques photos de la maison Saint-Jean-Baptiste où se trouvent de nombreux services de l’Église catholique de Lyon, d’une image d’Église, je me suis laissé embarquer dans une longue description historique architecturale donnant à sentir l’ecclésiologie de l’époque du bâtiment. Il est bon de s’y reporter, cela servira d’introduction à ce billet.

 

md1.jpg

  Maison Saint-Jean-Baptiste de l'Eglise catholique à Lyon où se trouvent tous les services diocésains

md4.jpg

vitrines où se trouve une chapelle


Si dans les années 80, on parlait beaucoup de vitrines d’Église où les fidèles du Christ donnaient à voir, grâce à une vitrine, ce qui se vit à l’intérieur de l’Église. Aujourd’hui, il semblerait que cette communication avec l’homme de la rue ne soit plus une nécessité. Alors, à la place de portes ouvertes directement sur le trottoir, on canalise sur un unique pôle : une personne, sera là pour vous guider vers le service adéquat. Fini l’accueil de gens qui n’ont pas une demande précise. Plus d’affiches visibles de l’extérieur. Pour avoir l’info, il faut entrer.


   md7-copie-1.jpg

 

md5.jpg

informations non visibles de l'extérieur

 

Il est vrai que, quand on installe une chapelle le long d’une vitrine, il n’est pas opportun d’exhiber au public sa prière : quand tu pries, entre dans le secret de ta chambre, là, ton Dieu te regarde… Mais pourquoi installer ici, derrière une vitre, une chapelle, à deux pas d’une cathédrale ouverte toute la journée. Pourquoi avoir obturé les vitrines alors qu’elles servaient, il y a peu, de lieu de communication ?


Md2-copie-1.jpg

vitrines où se trouve une chapelle

 

 Je ne vois pas d’autres réponses à cette question que celle qui s’obtient dans la considération d’une théologie pastorale ne se développant pas en plein air, sur les trottoirs des cités.

 

Bien sûr, des personnes ont suggéré de mettre, quand même des affiches entre le rideau et la vitrine : « Impossible, cela poserait un problème esthétique ! » Ce qui est objectivement vrai. Cela n’est pas du tout conçu pour communiquer avec l’extérieur.


Commentaire

"Ne connaissant pas le lieu, je ne comprend pas car les photos semblent contredire l'écrit."

 

Ce commentaire que je viens de recevoir m’incite à préciser les légendes de cette suite de photos. Je comprends que sans connaître les lieux, il est difficile de bien voir ; les photos n'en disent pas assez. En fait, la cour n'est pas privée, c'est un espace public devant la bibliothèque municipale. Avant le nouvel aménagement, chaque vitrine possédait un accès direct sur la rue et les vitrines servaient d'espace d'information : un thème ecclésial, humain y était deux fois par mois développé. On y entrait pour consulter les livres exposés en vitrine, visibles de l’extérieur, pour consulter les revues. La porte actuelle ouverte sur le trottoir met en présence d'une personne qui oriente les visiteurs vers les bureaux des services diocésains. En ce sens, l'entrée n'est pas libre. Derrière les vitrines obstruées en rouge et blanc par le soin de la commission diocésaine d'Art sacré, se trouve une chapelle.

Publié dans Art

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article