De Booba à l’abbée Guy de Fatto venez groover dans la cave la plus connue et reconnue de la rue Leon Blum

Publié le par Michel Durand

De Booba à l’abbée Guy de Fatto venez groover dans la cave la plus connue et reconnue de la rue Leon Blum

voir ici

Sur la place de Lyon, j’observe que beaucoup de prêtres abordant ou dépassant les 75 ans préfèrent vivre seuls en appartement. Plusieurs fois j’ai entendu dire à propos de maison de retraite pour prêtres âgés qu’ils ne souhaitaient pas rejoindre ce genre d’établissement, car cela leur faisait trop penser à l’époque du séminaire. Surtout, quand cette maison est installée dans une aile du grand séminaire déserté de ses séminaristes, m’informa jadis un prêtre vivant à Autun.

J’ai souvent employé le concept d’ermitage pour signifier vers quel type d’existence j’aime m’orienter. Aujourd’hui, j’imagine que l’emploi de ce mot « ermite » fut nettement déterminé par une sorte d’air du temps dans le clergé ayant atteint l’âge de la retraite. Si, il y a 20 ou 30 ans, la plupart des prêtres vivaient à deux ou trois dans le même presbytère, aujourd’hui, le curé vit seul. Le goût de la vie communautaire aurait-il disparu sous la pulsion sociétale de l’individualisme ?

Et, comme beaucoup de personnes âgées, les vieux prêtres ne quittent leur domicile pour une Ehpad que quand cela leur est vraiment impossible de vivre seule. Encore faut-il que des confrères, parfois, les exhortent à trouver le courage de rejoindre un mode de vie collective.

Je pense à tout cela quand j’observe le nombre de prêtres vivants seul en des sortes d’ermitage urbain. Disons encore que la page que je rédige présentement m’a été inspirée par un petit mot de Guy de Fatto, prêtre du Prado de la communauté générale, musiciens, répondant à une lettre que j’avais envoyée à tous les pradosiens de Lyon afin de les inviter à une récollection spirituelle.

Guy de Fatto, 90 ans

Guy de Fatto, 90 ans

Grande est la sagesse de ce petit mot de Guy écrit par lui-même avec, semble-t-il (vu le graphisme) grande difficulté. Il y a joint des dessins et une photo de lui que je suis heureux de vous livrer en ce début de semaine sainte, traditionnellement marquée par la fête d’un fraternel presbyterium se commémorant, le jeudi saint, l’institution de l’Eucharistie. 

Mes frères et amis.

Je ne viendrais pas à la réco de fin février.
90 ans ! Fatigue permanente. Paralysie et chute (mot non lisible). Surdité malgré les appareils. Travail intellectuel très diminué.
Ce qui me sauve c’est l’heure quotidienne d’adoration devant le Saint-Sacrement avec quelques amis. Là, je suis bien.
En plus, ensemble chez les maristes (mot illisible), messe, chapelet, vêpres et une communauté heureuse.
Ce chèque ci-joint le remplacera.
En communion des saints (ce qu’invitent dessin et photo).

Guy

De Booba à l’abbée Guy de Fatto venez groover dans la cave la plus connue et reconnue de la rue Leon Blum

Publié dans Prado, Eglise

Commenter cet article