On observe la persistance des valeurs millénaires qui nous précédent avant que le progrès technique n’évacue le progrès humain

Publié le par Michel Durand

On observe la persistance des valeurs millénaires qui nous précédent avant que le progrès technique n’évacue le progrès humain

Je publie aujourd’hui la conférence donnée à la salle du Prado le 24 janvier 2017. Voir ci-dessous la vidéo ; et ici, la présentation de cette rencontre avec Henri Perouze.

L’engagement des chrétiens en monde rural pour le respect de l’homme et de l’environnement

La radicalité de l'Évangile incite chaque chrétien à témoigner quotidiennement de la cohérence de ses actes avec sa foi, donc à s'opposer ouvertement à l'écrasement des plus faibles, au déni de fraternité, à l’idolâtrie de l'argent et du pouvoir, à la démesure... Bref aux valeurs du monde occidental moderne.

Dans le monde rural, cette exigence apparaît encore plus sensible pour ceux qui -fidèles aux valeurs* du monde rural traditionnel- respectent autant leur environnement physique que leurs liens de voisinage. Cultiver -et non pas exploiter- la terre nourricière va de pair avec les pratiques de coopération dans une solidarité effective face aux aléas du climat et des saisons. Loin de l'agitation urbaine, on peut observer la persistance voire le retour (néo-ruraux) des valeurs millénaires qui ont précédé notre "civilisation" avant que le progrès technique évacue le progrès humain. C'est pourquoi l'encyclique Laudato sì semble avoir reçu un meilleur accueil en milieu rural -plus familier des notions de "terre commune" et d'émerveillement devant la Création.

* cf. Joëlle Zask : "La démocratie aux champs" Ed. "Les Empêcheurs de penser en rond", 2016

 

Prochaine rencontre - conférence - débat en la salle du Prado à Lyon le Mardi 7 février sur les Instituts éducatifs de la Fondation du Prado

Commenter cet article