Dieu libre et saint, Enseigne-nous ta loi de liberté. Ne nous laisse pas asservir par l’argent.

Publié le par Michel Durand

Samedi dernier, nous avons eu, dans le cadre du laboratoire CPP- Espace Saint-Ignace -  une sympathique rencontre à propos de l’argent :

L’Argent, facteur de toutes les dominations.

Nous avons longuement étudié un excellent article de Stéphane Lavignotte

et lu avec surprise une page du  jeune Marx. Voir ci-dessous.

 

Decroissance_pour_notre_sal.jpg

Les « objecteurs de croissance » prônent au plan individuel la démarche dite de simplicité volontaire

Dans cette ligne, je note ce jour ce que je considère comme une authentique supplication d’objecteur de croissance chrétien.

 

Prière du Temps présent. Liturgie des heures.

Deuxième lundi de Carême à l’office du matin :

 

 

Dieu libre et saint,

Enseigne-nous ta loi de liberté

 

Ouvre notre esprit au sens caché de l’univers.

Enseigne-nous ta loi de liberté

 

Détache-nous des idoles formées par nos désirs.

Enseigne-nous ta loi de liberté

 

Apprends-nous à donner de notre nécessaire.

Enseigne-nous ta loi de liberté

 

Ne nous laisse pas asservir par l’argent.

Enseigne-nous ta loi de liberté

 

Donne à tous la joie de travailler à ton œuvre.

Enseigne-nous ta loi de liberté

 

Fais-nous voir en tout homme l’homme libéré par le Christ.

Enseigne-nous ta loi de liberté

 

L'argent est la puissance aliénée de l'humanité.

L'argent en possédant la qualité de tout acheter, en possédant la qualité de s'approprier tous les objets est donc l'objet comme possession éminente. L'universalité de sa qualité est la toute-puissance de son essence. Il passe donc pour tout-puissant... L'argent est l'entremetteur entre le besoin et l'objet, entre la vie et le moyen de subsistance de l'homme. Mais ce qui sert de médiateur à ma vie sert aussi de médiateur à l'existence des autres hommes pour moi. Pour moi, l'argent, c'est l'autre homme (...)

 

Ce qui grâce à l'argent est pour moi, ce que je peux payer, c'est-à-dire ce que l'argent peut acheter, je le suis moi-même, moi le possesseur de l'argent. Ma force est tout aussi grande qu'est la force de l'argent. Les qualités de l'argent sont mes qualités et mes forces essentielles - à moi son possesseur. Ce que je suis et ce que je peux n'est donc nullement déterminé par mon individualité. Je suis laid, mais je peux m'acheter la plus belle femme. Donc je ne suis pas laid, car l'effet de la laideur, sa force repoussante, est annulé par l'argent. De par mon individualité, je suis perclus, mais l'argent me procure vingt-quatre jambes; je ne suis donc pas perclus; je suis un homme mauvais, malhonnête, sans conscience, sans esprit, mais l'argent est vénéré, donc aussi son possesseur; l'argent est le bien suprême, donc son possesseur est bon. L'argent m'évite en outre la peine d'être malhonnête; on me présume donc honnête; je suis sans esprit, mais l'argent est l'esprit réel de toutes choses, comment son possesseur pourrait-il ne pas avoir d'esprit? De plus, il peut acheter les gens spirituels et celui qui possède la puissance sur les gens d'esprit n'est-il pas plus spirituel que l'homme d'esprit? Moi qui par l'argent peux tout ce à quoi aspire un cœur humain, ne suis-je pas en possession de tous les pouvoirs humains? Donc mon argent ne transforme-t-il pas toutes mes impuissances en leur contraire ? (...)

 

Si l'argent est le lien qui me lie à la vie humaine, à la société, à la nature et à l'homme, l'argent n'est-il pas le lien de tous les liens? Ne peut-il pas dénouer et nouer tous les liens? N'est-il pas non plus de ce fait le moyen universel de séparation? Il est la vraie monnaie divisionnaire, comme le vrai moyen d'union, la force chimique universelle de la société. La perversion et la confusion de toutes les qualités humaines et naturelles, la fraternisation des impossibilités - la force divine - de l'argent sont impliquées dans son essence en tant qu'essence générique aliénée, aliénante et s'aliénant, des hommes. Il est la puissance aliénée de l'humanité.

 

Marx, Manuscrit de 1844, Garnier Flammarion, 209/210

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article