Homélie du 11 avril 2010

Publié le par Michel Durand

Temps de la résurrection.

Michel-Ciry_-Incredulite-de.jpg Michel Ciry, incrédulité de Thomas.


entendre et/ou lire l'homélie de ce jour en l'église saint-Polycarpe des pentes de la Croix-Rousse. C'est ici : un clic.


Christ apporte paix, bonheur et joie par le Souffle de son Esprit divin. Libération.

Tous les baptisés communient à cette action.

Quand j’entends que Guilherme, un des nombreux « sans papiers », remercie Dieu pour tout ce que les gens font pour lui et sa famille, je pense à la mission que les hommes et les femmes de ce monde reçoivent naturellement pour reconstruire un monde de paix fraternel. La fraternité est plus que la solidarité. Famille !

 

Courriel de RESF-Lyon :

C’est l’occasion pour Guilherme, puis Florence de remercier de façon collective tout le monde  : Dieu ( !), les directrices de l’école, les parents, les enseignants, le réseau. Florence dit qu’ils ont été accueillis à Paris comme des princesses par des gens qui les connaissaient pas ; les élus… Qu’on fait tous partis de leur famille... Qu’ils savent qu’ils peuvent compter sur nous....

Guilherme dit que les enfants doivent tomber, se faire mal, pour pouvoir se relever, marcher... Et bien, que lui il a souffert, mais qu’il s’était relevé !....

Il dit aussi qu’il sait que ce n’est pas fini...

Florence explique qu’avant elle venait peu à l’école, juste de temps en temps quand Guilherme ne pouvait pas accompagner les enfants, qu’elle avait honte... Et que maintenant elle sait qu’elle y a des amis.

Publié dans Eglise

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

suzanne.B 12/04/2010 09:43



On ne fuit pas aveuglémént l'Angola dans les années 90-2000.On fuit une guerre civile cruelle et dangereuse...Guillern Hauka-Azanga est arrivé en France il y a 8 ans.Depuis il a appris la mort de
sa femme d'abord disparue, l'exil de ses enfants au Congo. Il vit à Lyon avrc sa compagne et les deux enfants de celle ci.Ils en ont eux-même deux autres . Ces enfants vont à l'école Gilbert
dru.Guillhern , débouté du dreoit d'asile est le soutien de cette famille, il  trouve parfois du travail. Ils vivent simplement malgré l'insécurité,  jusqu'à son arrestation.


J'ai suivi d'assez près cette situation dont toute la presse a parlé. Telle qu'elle s'est déroulée, elle est amblématique :


Les personnes qui se sont d'abord mobilisées, parents d'élèves, voisins, directrices d'école et enseignants ne l'ont pas fait par idéologie, au nom d'un parti ou d'une église mais parce que
l'arrestation, l'emprisonnement de cet homme étaient évidemment scandaleux. Tout au long des semaines, la protestation devenue très ample et vigoureuse, est restée pacifique en même temps
qu'inventive et obstinée. La fraternité et la démocratie qui se sont manifestées, ont entraîné l'adhésion. des gens de terrain  , devenus mlitants et  ont convaincu des personnalité du
monde culturel et politique de défendre cette famille.


La brutalité de l'administration préfectorale jusqu'au plus haut niveau de l'etat, qui n'a rien voulu entendre, loin d'apaiser l'indignation l'ont accrue.Voilà des moyen considérables,
onéreux et vains ( les commendants de bord ont par trois fois refusé d'embarquer un homme épuisé, baillonné et ligoté)au nom d'une législation contestable parce que inhumaine en l'occurence.


vendredi soir, revenant chez lui. Guillhern et sa compagne ont remercié avec sdignité leurs amis , rendant grâce à Dieu. Bien sûr,  on doit encore obtenir sa  régularisation. Bien sûr
d'autres situations , d'autres étrangers rejetés requerront notre vigilance. Pour notre propre dignité.