L’église du Bon Pasteur, un lieu désacralisé (de fait), mais pas abandonné

Publié le par Michel Durand

1/07/2010 Le Progrès

Le père Michel Durand, qui officie dans les églises des pentes (1er), a décidé de faire renaître l'église du Bon Pasteur et de renouer avec la tradition de l'édifice religieux, en organisant hier soir un événement cultuel

 

Jusqu'en 2008, l'église. du Bon Pasteur, située rue Neyret (1er), qui présente comme originalité de ne pas avoir de parvis, ne faisait pas vraiment parler d'elle. Quasiment abandonnée par la mairie de Lyon, à qui elle appartient, et par le diocèse, elle s'est retrouvée, fin 2008, au cœur d'un conflit, toujours d'actualité, qui oppose les riverains de l'église, à la Ville. L’objet de la discorde est l'implantation d'une antenne par l'opérateur de téléphonie mobile SFR. 2010 0006

 

Le principal argument avancé par celui-ci, pour justifier l'installation de son matériel, est la non-utilisation de l'église comme lieu de culte, depuis une vingtaine d'années, le prêtre Michel Durand a décidé de prouver le contraire en organisant hier soir une manifestation culturelle qui « redonnerait un sens ecclésial au lieu ». En un mot, un événement cultuel. En 2009 il signe une convention avec la troupe Perceval présidée par l'acteur Pierre Heitz afin que soient présentés des spectacles dans l'église. Mais ce n'est que début juin que l'idée prend forme, lorsque ce dernier, de concert avec Heroan Loiret, claveciniste, notamment de l'église St-Polycarpe, décide de reprendre l'Épître de St-Jean, de remanier ce texte biblique de poids, qui fait écho à l'actualité, en l'accompagnant de danse et de musique. Préparée en un mois et répétée que trois fois, la première représentation a réuni riverains et paroissiens, qui ont pour certains découvert l'intérieur de l'église pour la première fois. 2010 0012-copie-1

La parfaite représentation de M. Heitz, acteur accompagné de sa femme Jennyfer Testard, également actrice, de Marine Renaud, danseuse et de M. Loiret, au clavecin, n'a pas pu cacher la tristesse qui émane de ces lieux laissés à l'abandon. Squatté pendant des années, après avoir été lieu de travail et d'exposition pour les étudiants des Beaux-Arts, le mobilier est détruit, la chaire à prêcher endommagée, des tags et inscriptions décrits par certains comme « pas conforme à la Sainte Église catholique », et des statues sont profanées. Pour Heroan Loiret, le spectacle avait pour but de mettre de la beauté dans un endroit qui en manque. « Mais surtout c'est une manière de dire que nous, catholiques pratiquants, n'acceptons pas d'être traités ainsi. L’église a été saccagée et la mairie ne fait rien. On espère ce soir, et par la suite, avoir assez de reconnaissance pour faire bouger les choses ». En effet, la Ville n'envisage pas de restaurer les lieux. Ceux-ci étant insalubres, il sera très compliqué pour le père Durand d'organiser d'autres événements cultuels, mais il ne compte pas baisser les bras aussi vite. Pour lui, l'affaire de l'antenne est une véritable aubaine, car elle aura permis de faire connaître ou du moins de faire parler de cette église qui regorge de trésors enfouis sous la poussière et les débris.

• David Lopes

 

Le Collectif Santé, environnement, vie Bon Pasteur a saisi le tribunal administratif

L’affaire dure depuis 2008. Sans demander l'autorisation du père Durand, SFR décide d'implanter une antenne sur le clocher de l'église, avec l'accord de la Ville. Les riverains s'y opposent. Une pétition circule, qui sera soignée par 400 foyers. Finalement, en 2009, trente et un requérants saisissent le tribunal administratif pour empêcher l'installation d'un matériel qui pourrait nuire à la santé de leurs enfants. À rappeler qu'aux alentours se trouvent une école, une crèche, un centre pour personnes âgées et des logements. Selon Thierry Martinez, secrétaire du collectif, le tribunal devrait statuer en fin d'année. D'ici là il exige que Gérard Collomb se manifeste pour faire entendre son avis et surtout pour qu’il puisse prendre ses responsabilités

 

D. L.

Publié dans Bon Pasteur

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article