Ecologie et création. L'engagement des Eglises ?

Publié le par Michel Durand

Aucune étude, aucun livre n'aborde le tout d'une question. Même les ouvrages qui revendiquent l'appellation de « somme » laisse de côté des domaines entiers de la réflexion.


Je suis persuadé que le colloque que nous organisons les 24 et 25 janvier 2009: « Quelles ressources spirituelles pour faire face à l'épuisement des ressources naturelles ? » n'abordera pas toutes les questions souhaitables. Et c'est tant mieux car il est préférable de creuser quelques points plutôt que de couvrir superficiellement de vastes ensembles.

C'est dans cet esprit que j'ai lu avec grand intérêt, le livre du colloque organisé par la Faculté de théologie d'Angers, Université Catholique de l'Ouest, Ecologie et Création, 17 mai 2008. Sous la direction de Marc Stenger, évêque de Troyes et Président de Pax Christi-France, cette étude rassemble, grâce à la vigilance d'Olivier Landron, 13 interventions. Le champ d'investigation est plus philosophique, poétique, théologique que politique et l'on pourrait regretter l'absence de conclusion ouvrant sur le futur. L'importance de ces pages réside dans le fait que nous avons un utile résumé de ce qui se passe en « milieux chrétiens » sur cette question de l'écologie. Le lecteur y trouvera les éléments essentiels pour connaître l'engagement des Eglises, institution et peuple, face à la Création.

Je vous engage donc à lire, Ecologie et création, Parole et Silence, UCO, mai 2008. Ce sera une bonne préparation au colloque des 24 et 25 janvier. Je pense que ces deux approches se complèteront utilement.



L'homme est besoin et désir. Il est surtout désir et ce n'est pas le fait de pouvoir démesurément combler ses besoins qui répondra à sa quête de sens. « Tout au long de l'Ancien Testament, écrit marc Stenger, est rappelée la modération nécessaire vis-à-vis de toute la création. Cette modération est un principe de bon équilibre par rapport à la nature. L'invention du shabbat manifeste la volonté de laisser non seulement l'homme, mais aussi la nature se reposer. Et le non-respect de ce besoin de la nature entraîne automatiquement sa dégradation. Mais cette modération constitue surtout une qualité d'être fondamentale, une nouvelle manière d'être au monde. » Aussi, l'homme, dans le cosmos, est-il en « position de régisseur dévoué et attentif aux lendemains ». Devant un univers jugé « très bon », il prend le temps de se poser, se reposer afin de contempler. Tel est le premier atout contre la démesure.

Où en sont les chrétiens face à la tentation d'un travail susceptible d'augmenter le pouvoir d'achats, quitte à observe l'appauvrissement du plus grand nombre hors occident  ?

« En France, l'engagement de l'Église reste timide. Depuis la déclaration de la Commission sociale en 2000, a été créée une « Antenne » chargée des questions d'environnement et de modes de vie, au service de la réflexion et de l'action de l'Église de France. L'urgence de cette réflexion et de cette action et l'utilité de l'antenne ont été clairement affirmées dans le discours d'ouverture du cardinal Ricard, à l'Assemblée de Lourdes en novembre 2007 ».

Le concept de « développement durable » est largement employé, peu interrogé malgré les mises en garde de Ludovic Aubin (UCO-théologie) : Le développent est-il trop optimiste, pêche-t-il par naïveté ? Aussi, c'est vraisemblablement sur cet usage non critique que nous pourrions nous interroger.

A voir.


Voir une recension du livre dans le site "arts, cultures et foi" de l'Eglise de Lyon.


Et aussi : Les évêques de France promeuvent une « écologie de fondation »

Dans un document récent, la Conférence épiscopale invite les chrétiens à réfléchir au sens de l’aventure humaine sur terre et à faire des choix de vie en conséquence : La Croix du 17 /12 / 2008


Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Le colloque a lieu demain, après demain et après après demain. J'irais demain et jeudi, mais pas après demain (hospitalisation).Je ne sais pas si je prendrai beaucoup de notes, donc il sera difficile de faire un compte rendu. mais peut être qu'un sera fait par l'iseo.Les informations sont disponibles http://www.icp.fr/fr/Home-Actualites/L-avenir-de-la-Terre-un-defi-pour-les-EglisescordialementMaïeul Rouquette
Répondre
M
A signaler aussi le très prochain colloque de l'institue supérieur d'étude ocuménique à Paris "l'avenir de la terre, un défi pour les églises"
Répondre
M

Est-ce que vous pouvez me communiquer des informations précises sur ce colloque ? Cela interressera les participants de "chrétiens et pic de pétrole". Nous avons un échange excellent.