Suivez-moi dans ma charité - Marc 4

Publié le par Michel Durand

Le 19 mars, j'ai entrepris de relire l'Évangile de Marc selon l'habitude de la famille du Prado : suivre Jésus dans son regard sur le monde. J'aborde aujourd'hui le chapitre 4 de Marc.


Frontispice de l'Evangile de Marc
L'évangéliaire copte-arabe de la Bibliothèque de Fels
Je vous invite à voir ce très précieux document.

L'évangéliaire copte-arabe présenté ici
est le manuscrit le plus remarquable de la bibliothèque de Fels :
par son ancienneté (1250) et par sa richesse iconographique.

Institut catholique de Paris

Jésus parle en parabole.
Un langage proche de ses auditeurs. Il ne balance pas toute la vérité à dire. Il prend des exemples, utilise des faits de la vie quotidienne pour communiquer son message. Les gens (une foule) l'écoutent, car il attire leur attention. Il gagne leur sympathie.
Je vois dans ce mode d'expression par la parabole un grand respect des auditeurs ; beaucoup d'amour. On et très loin de l'attitude dogmatique des savants docteurs de la loi qui impose leur vérité, ce qu'il faut faire, ce qu'il  ne faut pas faire, ce que la loi impose. Et pourtant, Jésus, disent les évangélistes, parle avec autorité. Il enseigne en tenant compte de ceux qui l'écoutent. Pour les uns il parle en parabole. Être plus explicite ne serait pas supporté par cet auditoire. Pour les autres, les disciples, il donne plus d'explications. Discerner la parole à dire ou à ne pas dire est, selon moi, une preuve de charité, de respect d'autrui. Je préfère ce mode d'enseignement à celui qui consiste à évangéliser à temps et à contre temps, comme le dit saint Paul à Timothée : « proclame la parole, insiste à temps et à contretemps, réfute, menace, exhorte, avec une patience inlassable et le souci d'instruire ».
Pour enseigner fructueusement, il convient que l'auditeur soit attentif. Il doit « écouter ». S'il y a écoute, la parabole fait réfléchir l'écoutant et celui-ci constate qu'au même moment, la parabole se réalise. « D'autres (grains) sont tombés dans la bonne terre, et ils ont donné du fruit en montant et en se développant, et ils ont produit l'un 30, l'autre 60, l'autre cent » (Marc 4,8).
Un tel enseignement ne peut se réaliser sans amour, sympathie, empathie.

Suivez-moi dans mon amour.
L'amour conduit à une relation intime, réciproque entre Jésus qui enseigne et l'écoutant qui adhère à toute la personne du Christ.
Marc donne trois niveaux parmi les personnes rencontrées.
-    Les douze apôtres (les Douze)
-    ceux qui entourent les Douze, les disciples qui forment le début de l'Église
-    tous les autres.

Quand Jésus discerne parmi ses auditeurs ceux qui perçoivent l'intervention de la puissance de Dieu au travers de ses faits, gestes et paroles en vue de l'établissement de son Royaume, il se fait plus explicite :
« À vous, le mystère du règne de Dieu est donné » (Marc 4, 11).

L'explication de la parabole du semeur (Marc, 4, 14-20) concrétise l'invitation que Jésus adresse aux auditeurs de bien écouter afin d'adhérer  à ses enseignements pour entrer dans la communion divine, l'Amour.

Les paraboles suivantes portent plus sur le contenu du Royaume que sur la nécessité d'une adhésion aimante. Nécessité que l'on retrouve aux versets 33-34. Marc montre ici combien Jésus respecte son auditoire. Il n'annonce la Parole que dans la mesure où l'auditeur est capable de l'entendre. Il va plus loin quand cela est possible. « En particulier, il expliquait tout à ses disciples ».

Publié dans évangile

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article